Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Optymo présente sa nouvelle flotte de bus "propres" pour l'environnement

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Une vingtaine de bus à hydrogène arriveront en 2024 sur le réseau de transport Optymo. D'ici là, 30 nouveaux véhicules hybrides seront mis en place d'ici la fin de l'année 2019 pour remplacer, en partie, sa flotte de bus vieillissants.

Photo d'illustration des bus Optymo.
Photo d'illustration des bus Optymo. © Radio France - Adeline Divoux

Belfort, France

Optymo se met au vert. D'ici la fin de l'année 2019, le réseau de transport va mettre en place 30 nouveaux bus hybrides. Objectif : remplacer l'actuelle flotte de véhicules fonctionnant au GPL, en fin de vie. "Les bus ont plus de 10 ans et, en plus, les constructeurs ne fabriquent plus de moteur GPL, donc il a fallu trouver une autre technologie", affirme Bernard Guillemet, le président du SMTC.

Pour l'instant, Optymo se concentre sur l'hybride, qui permet de réduire la consommation de gasoil. Cela peut amener jusqu'à 70% de consommation de CO2 en moins qu'avec le GPL.

Des bus à hydrogène en 2024

En 2024, 20 bus à hydrogène arriveront sur le réseau Optymo. Ils compléteront la flotte hybride. Un premier bus test à hydrogène devrait être déployé en 2020 à Belfort. Six autres véhicules devraient suivre en 2021, mais cette fois-ci sur une nouvelle ligne qui devrait être créée entre Belfort et Montbéliard

A terme, la flotte de bus doit être entièrement propre. "A partir de 2020, nous sommes obligés, lorsque nous commandons des bus, de s'en procurer au moins la moitié issue d'une énergie propre. En 2025, toutes les commandes devront être issues de l'énergie propre", assure Bernard Guillemet. 

Actuellement, un bus à hydrogène coûte 650 000 euros contre moins de 300 000 pour un bus hybride. Ce qui change avec l'hydrogène, c'est l'utilisation de l'électricité pour le carburant, que l'on récupère à partir d'énergie durable : énergie hydraulique ou éolienne notamment.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu