Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Oradour-sur-Glane : un devoir de mémoire indispensable

dimanche 10 juin 2018 à 20:15 Par Nicolas Tarrade, France Bleu Limousin

La 74e cérémonie de commémoration du massacre d’Oradour-sur-Glane rendait ce dimanche hommage aux 642 martyrs tués le 10 juin 1944. Un hommage, en toute intimité, empli d'émotion. Un devoir de mémoire indispensable.

La 74e cérémonie de commémoration du massacre d’Oradour-sur-Glane rendait ce dimanche hommage aux 642 martyrs tués le 10 juin 1944
La 74e cérémonie de commémoration du massacre d’Oradour-sur-Glane rendait ce dimanche hommage aux 642 martyrs tués le 10 juin 1944 © Radio France - Nicolas Tarrade

Oradour-sur-Glane, France

La 74e cérémonie de commémoration du massacre d'Oradour-sur-Glane a eu lieu ce dimanche. Un hommage empli d'émotion, rendu aux 642 martyrs tués le 10 juin 1944. Le village haut-viennois ne veut pas oublier. C'était le 10 juin 1944 et la vie s'est arrêtée à Oradour-sur-Glane. "On l'apprend dans les livres d'histoire, mais c'est très important d'être sur place pour pouvoir se rendre compte. On ne sent vraiment pas bien, car on sent l'atmosphère pesante", estime ce jeune homme.

Ne jamais oublier

En présence de nombreuses personnalités de la région, le maire Philippe Lacroix s’est d’abord exprimé devant l’hôtel de ville. "11 juin 1944. L'un des premiers témoins pénétrant dans l'église détruite, découvre l'horreur absolue. Il y avait des cendres humaines jusqu'au genou". Et de poursuivre : "Oradour, c’est une douleur collective, c’est notre douleur éternelle".

Sous une pluie battante, le cortège, emmené par les porte-drapeaux, s'est recueilli. Robert Hébras est le dernier survivant du massacre d'Oradour. Il a passé sa vie à perpétuer la mémoire des disparus. Pour ne jamais oublier : "Je pense que ces jeunes garderont quelque chose de cette journée. A eux de continuer ce devoir de mémoire". Un devoir de mémoire indispensable.