Société

Orléans commémore les 75 ans de la Rafle du Vel d'Hiv

Par Guillaume Drechsler, France Bleu Orléans dimanche 16 juillet 2017 à 21:14

Le musée Mémorial du Vel d'Hiv (CERCIL) se trouve à Orléans.
Le musée Mémorial du Vel d'Hiv (CERCIL) se trouve à Orléans. © Radio France - Guillaume Drechsler

La cérémonie s'est déroulée dimanche 16 juillet sur la Place de la République à Orléans. Elle a rassemblé les curieux, les officiels, mais aussi les témoins de l'époque.

Les 16 et 17 juillet 1942, il y a 75 ans, plus de 13 000 juifs sont arrêtés pour être déportés. Ce moment de l'histoire a une résonance particulière dans le Loiret. Plusieurs centaines de juifs ont été envoyés dans les camps de concentration de Pithiviers et de Beaune la Rolande. Quant au musée Mémorial du Vel d'Hiv (CERCIL), il est implanté Orléans depuis 1992.

Le devoir de mémoire, une nécessité

La cérémonie hommage des 75 ans a eu lieu dimanche matin place de la République à Orléans. Elle s'est déroulée dans un silence de cathédrale. Des témoignages de l'époque ont été lus, les drapeaux des associations d'anciens combattants hissés, une prière musicale jouée au violon. En tout, une cinquantaine d'officiels, militaires et anciens combattants étaient présents. Dans le public, Madeleine Roudine, une rescapée de la seconde guerre mondiale, a apprécié la cérémonie.

"C'est très bien qu'on le fasse tous les ans. Il faut maintenir ces commémorations" confie-t-elle avec émotion après la cérémonie. "Il ne faut surtout pas oublier ce jour-là. Quand je serai morte, j'aimerais bien que les jeunes me remplacent pour raconter tout ce qu'il s'est passé". Madeleine Roudine a échappé de peu à la déportation. "J'ai eu beaucoup de monde déporté dans ma famille, en France, en Pologne, en Russie. J'ai eu de la chance de partir en zone libre. Une zone de mon père m'y a emmené et ma mère a été déportée ce jour-là avec mes frères de 13 ans et 4 ans. Il ne faut surtout pas oublier".

Une prière a été interprétée au violon. - Radio France
Une prière a été interprétée au violon. © Radio France - Guillaume Drechsler

Le devoir de mémoire est d'autant plus nécessaire selon Jeannie Guerin, membre du CERCIL, encore marquée par les actes antisémites de Mohamed Merah en 2012. "N'oublions pas qu'on est allé dans une école juive pour tuer des enfants. On a pensé qu'on était préservé et voilà que cet antisémitisme se manifeste". En 2016, 335 plaintes pour acte d'antisémitisme ont été enregistrées en France contre 808 en 2015, soit une baisse de 58,5%.

Dans le public de la cérémonie, Harmonie, une mère de famille venue avec ses deux filles, est restée attentive. "C'est important d'être présent. Avec tout ce qu'il se passe à l'heure actuelle, il ne faut pas oublier pour que l'Histoire ne se répète pas. C'est important pour les enfants d'apprendre ce qu'il s'est passé. Je trouve qu'il n'y a pas assez de cérémonie comme celle-là".

Pourtant, la place de la République était assez clairsemée. La cérémonie hommage des 75 ans de la Rafle à Orléans n'a attiré qu'une vingtaine de personnes. Un concert hommage s'est aussi tenu dans la cour du CERCIL, ce dimanche, à 15 heures. Les 75 ans de la rafle du Vel d'Hiv ont surtout été marqués par la déclaration du président Emmanuel Macron: "C'est bien la France qui a organisé la rafle".

Revivez la cérémonie hommage des 75 ans de la Rafle du Vel d'Hiv à Orléans.

Parmi les officiels présents, Taline Aprikian (directrice de cabinet du préfet du Loiret) avec à ses côtés le député Richard Ramos. - Radio France
Parmi les officiels présents, Taline Aprikian (directrice de cabinet du préfet du Loiret) avec à ses côtés le député Richard Ramos. © Radio France - Guillaume Drechsler