Société

Orléans : le nombre de places payantes en centre-ville bondit de 141%

Par Stéphane Barbereau, France Bleu Orléans jeudi 21 janvier 2016 à 4:22

Le parking, derrière le théâtre d'Orléans, deviendra payant le 1er mars
Le parking, derrière le théâtre d'Orléans, deviendra payant le 1er mars © Radio France - Stéphane Barbereau

Le nombre de places de stationnement payant va exploser à Orléans, à compter du 1er mars.ce chiffre va passer de 1 200 à 2 900. L'hyper-centre devient totalement payant, en contrepartie, la mairie baisse fortement les tarifs résidents.

A Orléans, la course à la place de stationnement gratuite va devenir une occupation très prisée à compter du 1er mars. Une occupation qui n'existera plus dans l'intra-mail, c'est à dire le secteur compris entre la Loire et les boulevards, puisque l'hyper-centre va devenir totalement payant.

Le nombre de places payantes va bondir de 1 200 à 2 900. Secteur particulièrement prisé des automobilistes qui ne veulent pas vider leur porte-monnaie pour se garer, le parking situé derrière le Théâtre d'Orléans, boulevard Aristide Briand. Maurice y vient régulièrement pour chercher son petit-fils à la sortie de l'école :

On paie partout, faut qu'ils ramassent de l'argent n'importe où

De nouveaux horodateurs vont arriver dans plusieurs quartiers d'Orléans - Radio France
De nouveaux horodateurs vont arriver dans plusieurs quartiers d'Orléans © Radio France - Stéphane Barbereau

Pas de raison écologique

Mais pour l'adjoint au maire d'Orléans, chargé du stationnement, Jean-Luc Poisson, le but c'est d'éviter les voiture-ventouses, ces véhicules qui se garent pour la journée à un endroit sans jamais en bouger :

Elles gênent le stationnement de ceux qui viennent en centre-ville.

Réaction d'automobilistes à l'extension des zones payantes à Orléans

L'adjoint au stationnement précise que le nombre de places payantes avaient fortement baissé en centre-ville avec l'arrivée de le deuxième ligne de tramway en 2012, passant de 2 000 à 1 200. Il ajoute une comparaison avec une autre ville de la région de taille équivalente :

Tours a plus de 3 000 places payantes, donc on se met ni plus i moins à la hauteur des villes comparables

L'élu ne met pas en avant de raison écologique à ces changements, même s'il évoque le fait que les automobilistes seront sans doute incités à prendre davantage les transports en commun.

Mais il y a un oubli dans cet étalage de chiffres : la disparition du parking gratuit des bords de Loire, quais Cypierre et Barentin, en septembre 2015. 350 places de stationnement gratuit avaient alors disparu du jour au lendemain.

Un peu de répit au parking du Boulevard Jaurès, il sera payant courant 2016 - Radio France
Un peu de répit au parking du Boulevard Jaurès, il sera payant courant 2016 © Radio France - Stéphane Barbereau

Les nouvelles zones payantes à Orléans

A Compter du 1er mars, ce sont surtout les secteurs situés à l'Ouest (Carmes) et à l'Est (Bourgogne et Théâtre) du centre-ville qui vont devenir payants. Cela comprend les parkings situés au milieu du boulevard Pierre Ségelle, également boulevard Aristide Briand, derrière le théâtre, les petites rues de l'est du quartier Bourgogne. A l'ouest, les parkings situés au milieu du boulevard Alexandre Martin deviendront payants un peu plus tard dans le courant de l'année 2016.

En violet sur la carte, les nouveaux secteurs payants à compter du 1er mars 2016 - Aucun(e)
En violet sur la carte, les nouveaux secteurs payants à compter du 1er mars 2016 - Mairie d'Orléans

La contrepartie à l'extension de ces zones payantes, c'est que les abonnements baissent : -20% pour les résidents qui paieront désormais 20€ par mois. Tarif en baisse aussi de 40% pour les résidents dans les parkings souterrains. Cette extension des zones de stationnement payant devraient gonfler les recettes de la ville au titre du stationnement et des amendes qui vont avec. En 2015, le stationnement a rapporté 1 million d'euros à la mairie, auxquels il faut ajouter 1 million d'euros pour les PV. En augmentant de 141% le nombre de places payantes, ces recettes devraient mécaniquement augmenter et ce de manière très significative.