Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Orléans: quelles solutions pour le campement de migrants du quartier Saint-Paul?

-
Par , France Bleu Orléans

Depuis plusieurs semaines, une trentaine de personnes, originaires d'Afrique pour la plupart, vivent dans un camp installé en plein centre-ville d'Orléans. Cette situation ne peut plus durer pour la mairie. Des associations réclament une prise en charge humaine de ces migrants.

Le campement de la rue du Cloître Saint-Paul
Le campement de la rue du Cloître Saint-Paul © Radio France - France Bleu Orléans

Orléans, France

Certains soirs, ils peuvent être une trentaine à se retrouver dans ce campement monté sur une dalle, à l'abri de la pluie. Installés entre une église et un restaurant espagnol, les tentes, les matelas et les cartons s'y entassent. Parmi eux, des SDF et surtout des réfugiés. Des hommes venus de différents pays africains, quelques femmes ainsi que deux enfants âgés de huit et onze ans. Tous affirment avoir fui leur pays pour vivre, pour survivre. C'est le cas d'un homme de 29 ans, originaire du Congo-Brazzaville. Il ne donne pas son nom, par peur de représailles policières, mais il avoue être arrivé en France il y a un an. "Je ne suis pas venu en France pour mendier, avoue-t-il. _Je suis venu en France pour vivre mes rêves_. Des gens meurent dans mon pays. Dans ma région, les enfants ne vont plus à l'école depuis deux ans. Nous ne venons pas en France pour nous pavaner ou faire du n'importe quoi. Évidemment, les policiers n'ont pas tort. Nous n'avons pas le droit d'être ici, il faut respecter la loi. Malgré tout, il ne faut pas nous en vouloir. Nous sommes des sans-papiers, des sans-abris."

Le témoignage de l'un des hommes vivant dans ce camp

Depuis plusieurs semaines, le monde associatif se mobilise autour d'eux. C'est le cas de l'association "Au Coeur de la Rue". "Il est irréel de voir une telle situation aujourd'hui en France, s'indigne Annick Berneau, sa présidente. La situation ne cesse de prendre de l'ampleur depuis le mois de mai. J'ai du mal à comprendre pourquoi les autorités n'ont rien fait entre temps. Personne ne fait rien, ne serait-ce que pour leur donner des bouteilles d'eau. Je suis déçue de voir cette indifférence alors que des solutions d'hébergement existent sur Orléans."

De son côté, la mairie d'Orléans espère qu'une situation sera rapidement trouvée. "En terme d'humanité et de respect de l'ordre public, on ne peut pas rester dans cette situation là, assure Olivier Geffroy, adjoint à la sécurité. Pour l'essentiel, ces gens sont des demandeurs d'asile, plus ou moins en situation régulière. Il peut y avoir également des mineurs non-accompagnés dont le Département pourraient s'occuper. Il faut une solution rapide et définitive. Orléans ne peut pas avoir sur son territoire un campement avec des personnes en situation irrégulière."

D'ici la fin de semaine, des réunions sont prévues pour évoquer l'avenir et les solutions envisageables autour de ce camp du quartier Saint-Paul.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu