Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Orléans : une réfugiée et ses trois enfants bientôt à la rue

lundi 26 novembre 2018 à 5:01 Par Cyrille Ardaud, France Bleu Orléans et France Bleu

Arrivés en France cet été, Aissata Berete et ses enfants sont passés par le Centre d'hébergement des demandeurs d'asile et par le 115. Faute de place, la famille pourrait se retrouver cette semaine à la rue.

Aissata Berete et ses enfants pourraient se retrouver à la rue, mercredi
Aissata Berete et ses enfants pourraient se retrouver à la rue, mercredi © Radio France - Cyrille Ardaud

Orléans, France

C'est une urgence. À Orléans, une jeune femme réfugiée et ses trois jeunes enfants vont bientôt se retrouver à la rue, sans endroit où dormir. Originaire de Guinée, Aissata Berete a fui son pays après l'excision de sa fille aînée. Elle raconte : "Ils ont excisé mon premier enfant. Ils voulaient exciser la deuxième. Mon mari a dit que non, mais je ne l'ai pas cru, et je suis partie."

"Je suis dehors dans la pluie, le froid, avec mes enfants, mes bébés."

Depuis son arrivée en France, cet été, la famille est passée par le Centre d'hébergement des demandeurs d'asile et par le 115. Mais à chaque fois, ces solutions ne sont pas durables, faute de place. La jeune femme détaille : "Au 115, le matin on doit sortir à 8 heures. Je suis dehors dans la pluie, le froid, avec mes enfants, mes bébés. Je marche dans la rue toute la journée... et je ne peux pas revenir le soir avant 17 heures." Dans l'impossibilité de laisser ses quelques effets personnels sur place pendant la journée, elle est en plus obligée de les transporter avec elle.

Un élu d'Orléans se mobilise pour elle

Mais sa situation et ses conditions de vie risquent de se dégrader encore plus cette semaine. Dès mercredi elle n'aura plus d'endroit où dormir. Profondément ému par son histoire, Michel Ricoud, élu communiste à la maire d'Orléans tente de lui venir en aide : "Ce que l'on souhaite c'est qu'elle ait un hébergement pérenne, durable jusqu'à temps que sa demande d'asile soit étudiée. On ne peut pas laisser cette dame et ses trois enfants galérer. Ça pourrait être une chambre d'hôtel où elle pourra rester avec ses enfants... Un peu d'humanité quand même !"

"Cette maman, c'est une mère courage !" 

Au quotidien, Aissata Berete est aidée et épaulée par Marie-Josée Michel, une orléanaise : "Cette maman, c'est une mère courage ! Elle s'est enfuie par bateau, enceinte, avec deux jeunes enfants après un crime ! Parce qu'on avait excisé sa fille. Que cette maman traîne dans rues toute la journée avec un bébé d'un mois, dans le froid, ça me tord les tripes. " 

De son côté, Michel Ricoud assure avoir contacté la Préfecture, la Direction départementale de la Cohésion sociale ou encore les services sociaux, en vain.