Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Osama, réfugié syrien, devenu auxiliaire ambulancier à Dieulefit

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Dieulefit dans la Drôme a été une terre d'accueil pendant la seconde Guerre Mondiale et c'est encore le cas aujourd'hui. Osama et sa femme, qui ont fui la guerre en Syrie et les terroristes de Daech, sont en train d'y reconstruire leur vie.

Osama, au volant d'un taxi ambulance à Dieulefit (Drôme)
Osama, au volant d'un taxi ambulance à Dieulefit (Drôme) - Christine Priotto

C'est Osama, 43 ans, qui est arrivé le premier en France, il y a trois ans et demi. Son épouse, Shiraz, a dû attendre plus longtemps pour avoir un visa. Osama s'installe d'abord à Lyon, avec son frère, mais les loyers sont chers, il peine à trouver un travail. Une amie dans une association lui parle alors de Dieulefit : "elle me dit "viens à Dieulefit, les gens ici sont très gentils", et c'est vraiment ce que j'ai trouvé en arrivant. Les gens m'aident beaucoup, c'est comme une famille".

La maire de Dieulefit notamment, Christine Priotto, l'aide dans ses démarches. Et elle le recommande à l'entreprise Ambulances Dieulefitoises et Taxis Dieulefitois. A sa tête, Guy Baudrier et ses fils ont du mal à recruter depuis des mois. Ils rencontrent Osama, et c'est une évidence : "il est arrivé, c'est un soleil qui est entré. Le sourire...il rayonnait! Mes fils et moi, on a dit "on se lance, on l'aide, on va participer à sa nouvelle vie."

Guy Baudrier : "on l'a appelé, il est venu, ça a été un soleil qui est rentré"

"J'aime aider les gens malades ou âgés"

Un stage, puis une formation à Lyon, et de l'accompagnement de la part de ses patrons et collègues : voilà Osama auxiliaire ambulancier, lui qui était comptable en Syrie : "je suis très bien dans ce métier. J'aime bien travailler pour aider les gens malades ou les gens âgés."

Osama ne s'étend pas sur son histoire avec les patients qu'il transporte

Osama devant son ambulance
Osama devant son ambulance - Nicolas Baudrier

Aux patients qui lui demandent, Osama dit venir de Syrie, mais il ne s'étend pas sur son histoire. "Ce n'est pas bien de raconter des choses tristes à quelqu'un de malade" explique t'il.

Osama et son épouse ont quitté Alep bombardé pour rejoindre une petite ville voisine dans laquelle ils vivront deux années difficiles : pas d'argent, pas d'eau, pas d'électricité, et Daech qui monte en puissance. 

Un traumatisme toujours présent

Osama travaille dans un hôpital où son frère est chirurgien orthopédiste. Il y voit des horreurs. A l'été 2014, devant la menace grandissante des terroristes, il fuit avec sa famille vers la Turquie. Il leur faudra une journée entière, cachés derrière des lunettes, sous des chapeaux et voiles, pour parcourir les 50 kilomètres qui les séparent de la frontière en évitant les multiples barrages de Daech : "c'était très difficile, vous ne pouvez pas vous imaginer. Toute une journée, sans boire, sans s'arrêter faire pipi, ça a été très difficile."

Osama est traumatisé par ce qu'il a vécu. Il a des angoisses, surtout quand la nuit tombe : "la nuit en Syrie était très difficile. Si il y a un problème, tu ne peux pas bouger, tu ne peux pas voir, tu écoutes. Il y a des bombes, quelqu'un meurt, tu ne peux pas sortir. C'est pour ça, mon angoisse, elle arrive le soir. J'espère que ça va passer". 

"On avance, même si on est angoissé..."

Osama demande la nationalité française

Osama veut reconstruire sa vie durablement en France. Il n'envisage pas de retour en Syrie. Sa ville, Alep, est en ruine. Sa famille est éparpillée aux quatre coins de l'Europe. Il n'y a plus rien pour lui en Syrie.

Il ne veut pas garder le statut de réfugié, il veut être Français : "peut-être pour me sentir libre...dans mon corps, dans ma tête" explique t'il. Il déposera sa demande de nationalité en avril.

"Avoir la nationalité française pour se sentir libre"

Shiraz, elle, vous coiffera peut-être bientôt dans un salon de Dieulefit. Elle est coiffeuse, et est en train de passer un CAP et de faire des stages pour pouvoir travailler en France.

Osama n'a de cesse de dire merci : "merci la France, merci à tout le monde à Dieulefit. Je n'oublierai pas ce que vous faites pour ma famille." Il a même écrit un poème sur Dieulefit, "mon astre bienfaiteur, ma lumière."

Poème sur Dieulefit écrit par Osama
Poème sur Dieulefit écrit par Osama - Osama Aldyab
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu