Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Où est Angela ?" : Le nom de code pour aider les personnes harcelées débarque dans les bars à Reims

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Le dispositif lancé il y a deux ans en Angleterre est arrivé en France en 2019. Après Rouen, Caen et Amiens, c'est au tour Reims de demander de l'aide à Angela en cas d'harcèlement. Il suffit d'entrer dans un bar partenaire, même sans consommer.

Les bars partenaires affichent un sticker sur leur vitrine et mettent une affiche dans les toilettes
Les bars partenaires affichent un sticker sur leur vitrine et mettent une affiche dans les toilettes © Radio France - Stéphane Maggiolini

Reims, France

"Tu t'ambiances comme jamais et on vient t'embêter ? Tu te sens épié(e) lorsque tu marches dans la rue. Entre dans un bar et demande Angela !" Cette phrase circule sur les réseaux sociaux des rémois(es) depuis plusieurs jours, depuis que le dispositif "Où est Angela ?" a débarqué à Reims. Il existait déjà à Rouen, Caen ou encore Amiens.

Derrière cette question, un nom de code qui "permet à toutes les personnes, hommes ou femmes, qui se sentent importunées ou en danger le soir, d'aller trouver refuge dans un bar ou restaurant partenaire Angela. Un autocollant est apposée sur chaque vitrine concernée et des prospectus sont disponibles dans les toilettes", explique Myriam Kaddouri Espinasse, présidente de l'association HeforShe Reims pour l'école NEOMA. 

Angela, l'ange gardien

Une fois à l'intérieur de l'établissement, la victime n'a qu'à demander "Où est Angela ?" à un serveur et immédiatement "on l'accompagne dans un endroit isolé du bar, on vérifie que personne ne l'a suit, on lui donne à boire, on lui demande si elle veut charger son portable ou si elle veut contacter un proche, la police ou un taxi", explique Alban, serveur et responsable du Lbee à Reims. "Tant qu'elle n'est pas en sécurité elle reste avec nous, elle n'est pas obligée de consommer", ajoute le barman.

Alors pourquoi Angela ? "Parce que l'idée vient d'Angleterre et là-bas on demande Angel, qui veut aussi dire un ange, en l’occurrence un ange gardien. Alors où est-elle, comment-va-t-elle, l'idée c'est d'entendre Angela, qu'importe la formule", précise Myriam Kaddouri Espinasse.

Un dispositif rassurant

"Nous avons déjà été embêtées par des garçons qui nous suivaient quand on rentrait le soir alors forcément une idée comme celle-ci ne peut être que rassurante. Après honnêtement, si on a un problème, n'importe quel bar, même pas partenaire, nous viendra en aide ! On l'espère", témoignent Sophie et Valentine, assises à la terrasse d'un bar. 

Pour le moment, 10 bars et restaurants rémois sont partenaires de l'opération "Où est Angela ?" : Le Stalingrad, le Kilberry, l'Ernest Hemingway, la Bodega, la Calabraise, le Cochon à Plumes, le Lion de Belfort, le Gaulois, le Shamrock et le Lbee.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu