Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Oubliés, les agents de sécurité incendie du CHU de Besançon entrent en grève illimitée

-
Par , France Bleu Besançon

Sursollicités, les 26 agents de la sécurité incendie du CHU Minjoz à Besançon démarrent une grève illimitée ce lundi 23 décembre. C'est une première. Ils réclament une augmentation des salaires et une vraie reconnaissance de leur profession.

Les agents de la sécurité incendie débutent une grève ce lundi, au CHU de Besançon.
Les agents de la sécurité incendie débutent une grève ce lundi, au CHU de Besançon. © Maxppp - JF BIANCHETTO

Besançon, France

Il va y avoir quelques perturbations au sein du CHU Minjoz à Besançon. Après les infirmiers, les internes en grève depuis des semaines, les 26 agents en charge de la sécurité incendie de l'établissement de santé entrent en grève pour la première fois. Ils réclament une reconnaissance de leur profession.

" Nous sommes un peu les oubliés du monde médical ", lâche Olivier, un agent du service sécurité incendie à l'hôpital de Besançon. Cette grève, ils en discutent entre collègues depuis juillet dernier. " La goutte d'eau, c'est la prime Buzyn. Nous ne la toucherons pas ".  Incompréhensible pour cet agent qui ne s'est jamais plaint en 30 ans de métier. 

Les agents de sécurité incendie gèrent le standard la nuit

" On a tout accepté depuis des dizaines d'années. A l'origine, la réglementation de 2005 indique que nous avons pour tâches ; d'informer le personnel, l'entretien et la vérification des matériels liés à la sécurité : extincteurs, portes coupe-feu etc ", rappelle Olivier.  Mais de nombreuses missions leur ont été rajoutées. " Tous ce que les autres services ne peuvent pas faire, on passe par nous. On gère les problèmes de violences et agressions dans l'enceinte de l'hôpital. Mais aussi l'électricité, les problèmes de plomberie. Aussi, on se charge des problèmes de places de parking à cause des travaux. Depuis une dizaine d'années, ce sont les agents de sécurité incendie qui gèrent également le standard de l'hôpital, la nuit", détaille Olivier. 

Je gagne 1883 euros brut avec les primes

Olivier aime son métier mais souhaite , comme ses collègues, de la reconnaissance de la part de la direction. Une direction qu'ils ont d'ailleurs rencontrée, il y a dix jours. En vain.  Ces fonctionnaires de catégorie C demandent " à monter en grade. Je touche 1883 euros brut par mois, primes comprises après 30 ans de métier", explique Olivier. " On veut être entendu par la direction et l'ARS. On est pas un service qui rapporte de l'argent mais notre travail est utile. Et ils ne vont pas tarder à le savoir". 

Mis à part le standard, dès ce lundi, les 26 agents du service sécurité incendie cesseront donc toutes les missions qui ne sont pas inscrites dans leur réglementation. 

Dans un communiqué du CHSCT du 28 novembre 2019, la direction demande à l'ensemble " des agents du CHU d'observer leur devoir de réserve tant auprès de la presse que sur les réseaux sociaux, dans des affaires médiatiques pouvant avoir des répercussions judiciaires ". Une directive qui n'arrête pas Olivier. " Ce silence qui perdure depuis 20 ans, c'est terminé. On est partant pour des mois de grève s'il le faut".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu