Société

Ouvert dans les années 1850, le Chez Nous est le plus vieux café de Dijon

Par Marion Bastit, France Bleu Bourgogne mercredi 20 janvier 2016 à 22:30

Ouvert dans les années 1850, le Chez Nous est le plus vieux café de Dijon.
Ouvert dans les années 1850, le Chez Nous est le plus vieux café de Dijon. © Radio France - Marion Bastit

En 55 ans, le nombre de cafés en France a été divisé par 20. Mais certains bistrots résistent bien. C'est le cas du Chez Nous, installé à Dijon depuis les années 1850. Pour conserver l'esprit de ce troquet à l'ancienne, des habitués se sont associés pour le racheter en mars dernier.

Le troquet du coin est-il une espèce en voie de disparition ? En 1960, il y avait 600 000 cafés en France. Aujourd'hui, il y en a moins de 35 000, soit près de 20 fois moins. Mais il y a des bistrots qui résistent, comme le Chez Nous, à Dijon. Installé depuis les années 1850 rue Musette, à deux pas des halles, c'est le plus vieux café encore ouvert de la ville, et c'est une institution dans le quartier.

Au Chez Nous, les habitués refont le monde accoudés au comptoir. - Radio France
Au Chez Nous, les habitués refont le monde accoudés au comptoir. © Radio France - Marion Bastit

Accoudés au comptoir, les habitués refont le monde autour d'un verre de vin ou d'une bière. Casquette sur la tête, ça fait 20 ans que Pierre fréquente le Chez Nous. « C'est un lieu où on peut faire pas mal de choses qu'on ne peut plus trop faire dans d'autres établissements, apprécie-t-il. Jouer aux cartes, rencontrer des gens, avoir des tarifs où la politique n'est pas une politique de rendement mais plutôt d'activité culturelle, de profit humain on va dire. »

Melting-pot et grandes tablées

Le café est à un euro, et le midi, on peut manger pour onze euros dessert compris. C'est devenu la cantine de Mina, qui travaille dans le quartier. Elle feuillette un journal en piochant dans son bol de salade. « J'aime bien tout le melting-pot qu'il y a, explique-t-elle, tout ce mélange de genres, de personnes, cet esprit bistrot qu'on ne trouve plus ailleurs, dans son jus, et en plus on mange bien. »

En mars 2015, des clients ont racheté le Chez Nous pour qu'il garde son âme. - Radio France
En mars 2015, des clients ont racheté le Chez Nous pour qu'il garde son âme. © Radio France - Marion Bastit

« La nourriture est excellente, et le bar est hyper sympa, familial, renchérit Isabelle, attablée devant une assiette de spaghettis. On retrouve toujours des amis, on s'installe à des grandes tables et on fait connaissance avec ses voisins. C'est un endroit fabuleux, intergénérationnel. » Et c'est pour garder cet esprit, malgré le départ des propriétaires, que des clients ont décidé de s'associer pour racheter le bar en mars dernier.

Ecoutez Jean-Marc Tringaud, le patron du Café parisien, né en 1832 à Saulieu