Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange

Ouverture d'un nouveau squat, le 10e, à Caen

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Ce dimanche 12 juillet, l'AG de lutte contre toutes les expulsions a officialisé l'ouverture d'un nouveau squat à Caen. Il est situé dans une maison, boulevard Georges Clemenceau. Deux familles s'y sont installées pour le moment.

Un nouveau squat situé sur le Boulevard Georges Clemenceau vient d'ouvrir à Caen. Deux familles s'y sont installées pour l'instant.
Un nouveau squat situé sur le Boulevard Georges Clemenceau vient d'ouvrir à Caen. Deux familles s'y sont installées pour l'instant. © Radio France - Léa Dubost

L'Assemblée générale de lutte contre toutes les expulsions a officialisé l'ouverture d'un nouveau squat à Caen, ce dimanche 12 juillet. Depuis jeudi 9 juillet, six personnes se sont installées dans une maison composée de 7 chambres. Il s'agit de deux familles, d'origine géorgienne et albanaise. 

"C'est une maison qui est en cours de démolition-reconstruction. Deux familles, avec enfants, se sont déjà installées. D'autres personnes devraient arriver dans la semaine suivant les besoins. _Actuellement, il y a neuf squats sur Caen, avec environ 300 personnes_. Depuis le confinement, tous sont saturés, dans des conditions très difficiles", explique Régis Guillet, membre de l'AG de lutte contre toutes les expulsions.

Des banderoles ont été accrochées aux fenêtres de la maison, où l'on peut notamment lire : "Stop aux expulsions", "Un toit c'est un droit".

Car l'AG de lutte contre toutes les expulsions demande la prolongation des mesures mises en place pendant l'état d'urgence sanitaire. "C'est-à-dire, une année blanche sur les expulsions, et interdiction de coupure d'eau et d'électricité", poursuit Régis Guillet.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess