Société

Ouverture d'une salle de shoot à Paris : où en est le projet bordelais ?

Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde mercredi 12 octobre 2016 à 4:00

salle de shoot illustration
salle de shoot illustration © Maxppp - maxppp

La première salle de "shoot" ou "salle de consommation de drogue à moindre risque" ouvre ce vendredi à l'hôpital Lariboisière, tout près de la Gare du Nord à Paris. Strasbourg pourrait suivre et peut-être Bordeaux mais le projet est toujours à l'étude.

Le projet est en débat depuis des années et a fait couler beaucoup d'encre. L'idée, c'est de proposer aux toxicomanes un lieu où ils puissent s'injecter ou inhaler leurs drogues avec un contrôle des conditions d'hygiène. A Paris la première salle de "shoot" a été inaugurée ce mardi. Elle ouvrira aux usagers vendredi.

Pour accéder à cet espace, les toxicomanes devront d'abord s'inscrire, accepter le règlement intérieur (qui interdit le deal, l'échange de produits et les comportements violentes) puis prendre un ticket avant de pénétrer dans la salle d'injection proprement dite. Là, dans des box séparés mais pas fermés, ils pourront consommer la drogue qu'ils ont eux-même apportée.

Quid du projet à Bordeaux ?

Le projet est toujours à l'étude. L'université de Bordeaux continue d'évaluer les besoins locaux. Ici, deux propositions ont été faites. La première avec une salle permanente à l'hôpital un peu comme celle proposée à Paris. La deuxième avec un dispositif mobile qui irait directement voir les personnes concernées.

Mais le maire de Bordeaux ne semble pas très chaud. En décembre dernier, au lendemain du feu vert accordé par le Parlement concernant l’expérimentation des "salles de shoot", Alain Juppé avait eu une réponse laconique à ce sujet : "Je ne suis pas candidat, voilà".

Partager sur :