Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Ouverture de la vaccination : à la polyclinique de Franche-Comté, "des créneaux non-pourvus, il n'y en a pas"

-
Par , France Bleu Besançon

La vaccination est ouverte à tous les adultes de plus de 18 ans, à condition de réserver des créneaux la veille pour le lendemain, sur des rendez-vous non-pourvus. Sauf qu'au centre de la polyclinique de Franche-Comté, à Besançon, ces places n'existent pas, du moins pas encore selon son responsable.

L'un des huit box de vaccination du centre de la Roselière à Montbéliard
L'un des huit box de vaccination du centre de la Roselière à Montbéliard © Radio France - Christophe Beck

La vaccination ouverte à tous les adultes de plus de 18 ans ce mercredi 12 mai, mythe ou réalité ? Pour le médecin Antoine Serre, en charge du centre de vaccination à la polyclinique de Franche-Comté, cela se limite pour l'instant à une simple annonce gouvernementale. Car dans son établissement, des "rendez-vous non pourvus, il n'y en a pas", déclare le chirurgien. "Qu'on puisse faire des fins de dose sans chercher des gens éligibles : oui, cela va simplifier. Maintenant, croire que tout le monde peut aller se faire vacciner : non.

"La demande est là"

Dans son centre vaccinal à Besançon, 2700 doses sont administrées chaque semaine et aucune n'est jetée, écarte Antoine Serre. A partir du 18 janvier, les soignants ont pu se faire vacciner avec les fins de doses, puis les personnes éligibles. "Chez nous, ce n'est pas du tout le problème. Dès que j'ouvre des plages, dans la demi-journée, avec 300 ou 400 doses, les rendez-vous se remplissent à une vitesse impressionnante. La demande, elle est là."

Qu'en est-il de l'offre ? Les centres de vaccination franc-comtois disposent-ils de doses suffisantes pour répondre à cette demande ? Oui, répond Antoine Serre sans hésiter, qui observe une très nette différence avec le lancement il y a quatre mois. "L'augmentation des doses, c'est une réalité depuis trois semaines. La machine est en train de suivre, on est dans un bel élan. Maintenant il faut les soignants qui vont avec.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess