Économie – Social

Certaines écoles de PACA risquent d'être fermées mardi

France Bleu Provence et France Bleu lundi 25 janvier 2016 à 6:22

Ecole (illustration)
Ecole (illustration) © Maxppp

Grosse pagaille à prévoir mardi dans les services publics : les syndicats CGT, FO et Solidaires appellent à la grève pour une "nette augmentation de la valeur du point d'indice et du pouvoir d'achat". Une grève qui devrait avoir des conséquences dans les écoles de Provence-Alpes-Côte d'Azur.

L'école de vos enfants pourrait bien être fermée mardi matin. Un appel à la grève est lancé dans les services publics et les enseignants promettent de se mobiliser. Certains établissements risquent de ne pas ouvrir et vos enfants ne seront pris en charge que si les communes ou l'Etat mettent en place un service minimum d'accueil

A Aix-en-Provence par exemple, la mairie assure que ce SMA sera mis en place : les parents peuvent se renseigner sur le site de la ville

Mais à Istres, la mairie promet l'inverse : il n'y aura pas de service minimum d'accueil, pas de cantine, pas de transport scolaire ni d'activités périscolaires. Même chose à Martigues, Gardanne ou Port-Saint-Louis-du-Rhône.

Pas de cantine non plus à l'école Delphes à Marseille

Affiche à l'entrée de l'école Delphe à Marseille - Aucun(e)
Affiche à l'entrée de l'école Delphe à Marseille - Fabrice Marion

Mais à Marseille, la ville promet aux familles dont les enfants ne pourront être accueillis dans les écoles un service d'accueil. Il sera mis en place "dans les accueils de loisirs sans hébergement (centres aérés) dépendant des mairies", précise la ville. 

> Pour tout renseignement, contactez Allo Mairie au 0810 813 813

Précisions de la ville de Marseille - Aucun(e)
Précisions de la ville de Marseille - ville de Marseille

La loi impose le service minimum d'accueil dans les écoles maternelles et élémentaires. A la fois pour assurer, dit le texte, la liberté des enseignants de faire grève, mais aussi celle des familles de poursuivre leurs activités les jours de grève

S'il y a moins de 25% de grévistes annoncés (les enseignants doivent déclarer au moins 48 heures à l'avance leur intention de participer ou non au mouvement), l'Etat doit prendre en charge le service. Si plus de 25% des enseignants ont annoncé leur volonté de faire grève, là ce sont les communes qui doivent s'en occuper. 

Une loi très critiquée

Cette loi date de 2008 et a fait l'objet de nombreuses critiques lors de la promulgation. De la part des syndicats d'enseignants qui y voient une atteinte au droit de grève. De la part aussi de certaines communes qui assurent ne pas pouvoir organiser ce service minimum, faute de moyens. 

La jurisprudence considère que le service minimum peut ne pas être appliqué quand il y a "impossibilité matérielle". Mais encore faut-il pouvoir prouver cette impossibilité. Les communes peuvent aussi être rappelées à l'ordre : le préfet doit saisir un juge administratif pour éventuellement contraindre une ville à appliquer la loi

Partager sur :