Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Paiement des impôts et autres amendes chez les buralistes à Dijon, "il faudra voir à l'usage"

-
Par , France Bleu Bourgogne

Depuis ce mardi 28 juillet 2020, une quarantaine de buralistes de Côte-d'Or font partie du réseau "paiement de proximité. On peut désormais y régler ses impôts, ses amendes ou encore la cantine de ses enfants. Une mesure que dénonce le syndicat Solidaires Finances Publiques en Bourgogne.

Le tabac du Miroir rue de la Liberté à Dijon, propose le paiement de proximité, pour régler ses impôts et autres amendes.
Le tabac du Miroir rue de la Liberté à Dijon, propose le paiement de proximité, pour régler ses impôts et autres amendes. © Radio France - Stéphanie Perenon

Vous pouvez depuis ce mardi 28 juillet 2020, payer vos impôts, vos amendes ou encore vos frais hospitaliers de moins de 300 euros chez votre buraliste. Le dispositif a d'abord testé d'abord dans une dizaine de départements avant d'être généralisé ce mardi. Mais tous les tabacs ne l'ont pas encore mis en place. L'opération débute dans quelques 5.000 bureaux de tabac sur les 24.000 que compte la France.

Une quarantaine de buralistes équipés en Côte-d'Or

Pour les reconnaître, une étiquette sur leur devanture, ici "point de paiement de proximité". Les paiements peuvent se faire en carte bleue ou en liquide jusqu'à 300 euros, "c'est juste un code barre à flasher, ça n'est pas contraignant", pour France, qui travaille au bureau de tabac Le Miroir, rue de la Liberté à Dijon. "Si ça peut aider les gens, en particulier ceux qui n'ont pas internet, tant mieux" dit-elle. Même si elle l"avoue, "je ne sais pas si ça va faire venir des clients en plus, on le saura à l'usageè confie la commerçante, qui va percevoir 1,50 euro sur chaque paiement.

Pour France, qui travaille au bureau de tabac Le Miroir, rue de la Liberté à Dijon, ce n'est pas contraignant mais il faudra voir à l'usage

Au tabac, Le Miroir, rue de la Liberté à Dijon, France va proposer "le paiement de proximité".
Au tabac, Le Miroir, rue de la Liberté à Dijon, France va proposer "le paiement de proximité". © Radio France - Stéphanie Perenon

Des clients partagés 

A Dijon, douze établissements sont pour le moment répertoriés "paiement sécurisé." Mais la mesure n'est pas encore très connue du public. "Pourquoi pas c'est une bonne idée" dit Suzanne, en sortant du buraliste avenue Foch, "car se rendre aux impôts, c'est parfois très long", conclut la sexagénaire. Pour Rachid, c'est l'aspect pratique qui plait, "c'est plus simple pour les horaires et la distance"

"Ce sera surtout plus simple pour les personnes âgées qui n'ont pas internet chez elles" - Une cliente 

Mais pour d'autres, "c'est une mesure un peu contradictoire, où on parle de proximité tout en réduisant des services , ce ce qui fait rouspéter les syndicats des finances publiques et on les comprend!"

Que pensent les dijonnais.e.s de cette mesure ? Stéphanie Perenon leur a posé la question dans les rues de Dijon

Une privatisation rampante pour le syndicat Solidaires Finances Publiques en Bourgogne

Une mesure dénoncée par le syndicat majoritaire Solidaires Finances publiques en Bourgogne, qui parle "d'une privatisation rampante du paiement et amendes de moins de 300 euros". Pour Patrice Ruiz, son responsable régional, "c'est un leurre de faire croire qu'être à proximité d'un tabac ce sera plus facile de payer car même dans les campagnes les plus reculées on a encore des trésoreries et surtout des gens compétents pour recevoir le public et les arranger si besoin pour payer en plusieurs fois s'il y a une demande d'étalement." 

Patrice Ruiz, le responsable de Solidaires Finances Publiques en Bourgogne dénonce une privatisation rampante du paiement des amendes.

"Le buraliste ne pourra donner aucun renseignement, il pourra demander seulement de payer et c'est tout" - Patrice Ruiz, le responsable de Solidaires Finances Publiques en Bourgogne

Le syndicat qui entend manifester son mécontentement sur ce sujet le 17 septembre prochain, date à laquelle, une nouvelle journée de mobilisation pour la défense des services publics est prévue, suite à la crise sanitaire et au Ségur de la santé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess