Société

Paris 2024 : ils rêvent des Jeux, et vous?

Par Fanny Lechevestrier, France Bleu Paris et France Bleu samedi 26 septembre 2015 à 2:43

Teddy Riner et Tony Parker ont lancé la campagne Paris 2024
Teddy Riner et Tony Parker ont lancé la campagne Paris 2024 © Radio France - Fanny Lechevestrier

C'est parti pour deux ans de campagne olympique. Paris a lancé officiellement, vendredi soir, sa campagne pour les Jeux Olympiques de 2024. Première étape : séduire et convaincre les Français. Pour cela, plus de 200 champions n'ont pas hésité à mouiller le maillot.

Ils étaient tous là, de Marie-José Pérec à Teddy Riner, en passant par Tony ParkerLuc Abalo, Fabrice Landreau, Stéphane Diagana, Ladji Doucouré, Céline Dumerc, Vincent Clerc, Lucie Decosse, Daniel Narcisse ou encore Guy Drut. Plus de deux cents champions français étaient réunis ce vendredi soir, à la Maison du sport français, près de Charléty, pour lancer officiellement la candidature de Paris aux Jeux Olympiques de 2024. Objectif : susciter l'engouement populaire au travers une campagne baptisée "Je rêve des Jeux". Dès ce samedi, les Français pourront ainsi acheter pour 2 euros un bracelet "Je rêve des Jeux" pour montrer leur soutien à la candidature de Paris. Ils peuvent aussi envoyer des SMS "2024"au 72024 (coût : 65 cents) ou participer aux ventes aux enchères des champions. Actuellement vendu par exemple, le ballon de basket de l'Euro 2015 dédicacé par les joueurs de l'équipe de France.

"Si on peut avoir l'opportunité de vivre un moment unique à Paris, j'ai envie de m'investir" -Tony Parker

Un ballon offert notamment par la star du basket français, Tony Parker, un des athlètes en pointe pour défendre Paris 2024. C'est d'ailleurs lui, accompagné du judoka Teddy Riner, qui a lancé la campagne officielle en direct, à la télévision. Les Jeux, dit-il, il en rêve, après avoir vainement fait la promotion de Paris 2012 en 2005 : "les Jeux, c'est unique. Ce serait énorme. Il n'y a que le sport qui peut vous faire vivre de telles émotions. Avoir les Jeux à Paris, ce serait un honneur."

Tony Parker, l'un des porte-étendards de Paris 2024

'"C'est la première fois que les Français font quelque chose d'aussi fort" - Bernard Lapasset

Omniprésence des sportifs, mis en avant pour afficher la rupture avec la candidature râtée de Paris 2012, où les divisions politiques avaient fini par avoir raison du dynamisme olympique. Le choix du lieu de la soirée est ainsi tout sauf un hasard : dans la maison du sport français, dans l'antre du Comité national olympique et sportif français et non dans les dorures de l'Hotel de Ville de Paris comme pour 2012. Mais les politiques n'étaient tout de même pas très loin, juste derrière en fait, tous présents même vendredi, arborant fièrement leur petit bracelet de tissus, à l'image de la maire de Paris, Anne Hidalgo, du Président de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, et même du Premier Ministre, Manuel Valls. Une union saluée par Bernard Lapasset, à la tête du comité de candidature parisien qui espère que les Français suivront, même s'il refuse de parler d'argent et du financement participatif lancé au travers de l'opération. "Ce n'est pas une question financière, ce n'est pas cela l'important. Nous voulons montrer au CIO l'engouement populaire, l'adhésion des Français aux Jeux. L'engouement, c'est un critère qui comptera. Il n'a peut-être jamais été aussi important dans une candidature." Une candidature estimée à 60 millions d'euros mais les partenariats financiers sont entrain d'être consolidés, a précisé celui qui a permis au rugby à VII de faire son entrée aux Jeux de Rio 2016.

Bernard Lapasset à la tête de Paris 2024

Anne Hidalgo entourée de Denis Masseglia et Bernard Lapasset - Radio France
Anne Hidalgo entourée de Denis Masseglia et Bernard Lapasset © Radio France - Fanny Lechevestrier

"Avoir les Jeux à Paris, ce serait magique, quelque chose de surnaturel" - Teddy Riner

Bracelets, écharpes avec le design créé par le handballeur du PSG, Luc Abalo, mais aussi tentative de show pour faire monter la température vendredi. Et là, le plus assidu -du moins, le temps de sa courte venue- a été le judoka Teddy Riner, impatient de voir la campagne se lancer. "Avoir les Jeux à Paris, ce serait magique, quelque de surnaturel, de surhumain. J'ai envie de dire, de crier ALLEZ PARIS".

Teddy Riner a fait le show ce vendredi pour Paris 2024

"Offrir les Jeux à la jeunesse" - Marie-José Pérec

Autre athlète présente ce vendredi : la championne olympique Marie-José Pérec qui a loué "l'importance des Jeux pour la jeunesse."

Marie-José Pérec prête à s'investir pour Paris 2024

"Le sport est vraiment au coeur de cette candidature, cela peut faire la différence" - Stéphane Diagana

Mais pas question de se voir déjà comme le grand gagnant. Stéphane Diagana, qui n'a que trop bien connu l'échec de 2012, se montre prudent. Même si pour lui, la candidature de Paris a tous les atouts pour aller au bout, à commencer par des équipements sportifs déjà existants. Face aux réticences financières de certains Français, il met en avant la pratique sportive développée grâce aux Jeux et la modernisation des stades qui aurait de toute façon été nécessaire. Pour le champion du monde, Paris est à l'abri des éléphants blancs de Sotchi ou d'une candidature aussi dispendieuse que Tokyo 2020.

Stéphane Diagana fait le point sur les chances françaises

"Je rêve des Jeux", un slogan à destination des Français - Radio France
"Je rêve des Jeux", un slogan à destination des Français © Radio France - Fanny Lechevestrier

Reportage au coeur de la soirée de lancement

Plus de deux cents champions de tous horizons, des politiques, des personnalités du show-biz, Paris 2024 avait donc mis les petits plats dans les grands pour marquer les esprits. Et soyons honnêtes, difficile de rêver plus beau plateau sportif. En revanche, pour séduire un maximum de Français et susciter l'engouement, Paris devra sans doute revoir un peu sa mise en scène et soigner sa présentation : vendredi, entre une guitare qui n'a pu être branchée et une chanteuse prénommée Hélène, à la voix chevrotante, on n'a pas trop vendu de rêve dans ce domaine. Le côte positif : la candidature parisienne a deux ans pour s'améliorer car tout se jouera sur des détails. Ce n'est qu'en septembre 2017, à Lima, que la ville hôte des Jeux de 2024 sera désignée par le Comité International Olympique. Paris qui, durant deux ans, va faire face à Rome, Hambourg, Budapest et Los Angeles.

La campagne pour Paris 2024 est officiellement lancée - Radio France
La campagne pour Paris 2024 est officiellement lancée © Radio France - Fanny Lechevestrier