Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Paris : confinement de trois semaines, une "hypothèse" pas une "proposition" se défend la mairie

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Le premier adjoint d'Anne Hidalgo a provoqué un tollé en écrivant sur Twitter que la mairie allait proposer un confinement de trois semaines face à la propagation de l'épidémie de Covid-19. Ce vendredi matin, il a "précisé" ses propos dans une sorte de rétropédalage.

Emmanuel Grégoire
Emmanuel Grégoire © Radio France - Martine Bréson

"Ce n'est pas une proposition et ça ne l'a d'ailleurs jamais été, c'est une hypothèse" a martelé ce vendredi matin Emmanuel Grégoire devant les journalistes conviés à une conférence de presse. Le premier adjoint d'Anne Hidalgo a tenu à "préciser" ses propos, lui qui annonçait jeudi soir dans un tweet, depuis supprimé, que la maire de Paris allait proposer ce week-end la mise en place d'un confinement localisé pour une durée de trois semaines à l'Agence régionale de santé et à la préfecture de police.

Emmanuel Grégoire a publié ce tweet hier soir avant de le supprimer
Emmanuel Grégoire a publié ce tweet hier soir avant de le supprimer

Les chiffres de ce soir, du week-end, du début de la semaine prochaine seront cruciaux

Finalement ce vendredi matin, Emmanuel Grégoire a modifié son discours : "Ce n'est pas une proposition car le confinement est un dernier recours et que nous devons scruter les données qui vont nous parvenir ces prochains jours" explique l'élu parisien, "nous allons regarder de près comme nous le faisons depuis des semaines le nombre de nouvelles contaminations mais aussi le taux d'occupation des lits en réanimation. Et en fonction de cela nous ferons nos propositions à la préfecture de police et à l'Agence régionale de santé". Avec en ligne de mire "le conseil de défense réuni par le président de la République mercredi prochain".

Des propositions selon la situation

Le premier adjoint détaille trois possibilités : d'abord celle d'une amélioration, "très peu probable, ce serait un miracle", qui permettrait de continuer dans l'état actuel des choses.

Ensuite celle d'une stabilisation. Dans ce cas-là la mairie proposerait, pour s'assurer que la situation ne se dégrade pas, de nouvelles mesures dont le télétravail obligatoire pour toutes les entreprises et salariés dont la fonction le permet et le renforcement des campagnes de dépistage dans les entreprises et les écoles.

Enfin, une aggravation de l'épidémie de Covid-19 face à laquelle "nous ne pourrons pas prendre de demi-mesures comme à Nice ou Dunkerque (ndlr : un confinement le week-end que la mairie juge peu efficace et très contraignant pour les habitants) et nous irions vers un confinement, mais en conservant les écoles ouvertes si les scientifiques nous disent que c'est possible" a détaillé Emmanuel Grégoire.

"En même temps", vers une réouverture généralisée

En parallèle la mairie de Paris souhaite réfléchir aux protocoles à mettre en place en vue d'une réouverture généralisée des lieux aujourd'hui fermés, musées, salles de sports, bars et restaurants, etc. "Il faut redonner espoir et visibilité" martèle le premier adjoint, "avec des protocoles stricts on doit pouvoir retrouver une forme de perspective de vie normale au printemps".

Mais là encore, tout dépendra de l'évolution de l'épidémie et des multiples variants.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess