Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Paris : des gardiens d'immeuble autorisés à dresser des PV pour lutter contre les incivilités

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Depuis un an, certains gardiens d'immeuble parisiens sont autorisés à dresser des procès-verbaux pour lutter contre les incivilités et les nuisances du quotidien. 123 nouveaux gardiens volontaires, du bailleur social Paris Habitat, vont être assermentés cette année.

Vue de Paris prise du 16ème arrondissement.
Vue de Paris prise du 16ème arrondissement. © Radio France - Pierre Neveux

Paris, France

Les sacs poubelles déposés au mauvais endroit, les graffitis, les traces d'urines dans l'ascenseur, la musique trop forte, les boîtes aux lettres cassées... Les gardiens d'immeuble parisiens constatent ces nuisances tous les jours. Et même en rappelant à l'ordre les locataires malveillants, ça continue. Pour lutter contre ces incivilités, Paris Habitat, le premier bailleur social de la capitale, propose à ces agents de pouvoir dresser des procès-verbaux. 

Inspiré d'autres villes, le dispositif a été mis en place à Paris l'an dernier. 86 agents avaient été assermentés. Et c'est un succès, d'après Paris Habitat qui renouvelle l'expérience en 2019, avec 123 nouveaux gardiens d'immeuble, tous volontaires, qui le seront également cette année. Ce jeudi 10 octobre, ils étaient une vingtaine au tribunal de grande instance de Paris à prêter serment. 

Les gens qui mettent leur sac juste à côté de la poubelle, les graffitis inutiles en attendant l'ascenseur... Des petites choses bêtes qui deviennent dérangeantes au quotidien

Parmi eux, Martine Chaumont, gardienne d'immeuble depuis presque 30 ans, et confrontée tous les jours aux nuisances des locataires malveillants. "Les sacs poubelles qui sont déposés n'importe où, qui sont jetées depuis les fenêtres, les chiens pas tenus en laisse qui errent dans la cour, les nuisances sonores, c'est à répétition", déplore-t-elle. "L'autorité qu'on avait avant, nous ne l'avons plus. Donc nous sommes obligés de passer par là pour se faire entendre"

Dissuader plutôt que sanctionner

"Ce sont des petites choses bêtes, mais au quotidien, ça peut devenir dérangeant. Les gens qui mettent leur sac juste à côté de la poubelle, les graffitis inutiles en attendant l'ascenseur", ajoute Éric Dranebois, gardien d'un immeuble dans le 12ème arrondissement. "On dit les choses aux gens, ils disent oui, mais ils continuent".

Ils ont donc décidé de demander l'autorisation de sanctionner ces locataires indélicats, en espérant ne pas avoir à dresser de PV trop souvent. "Je pense qu'on aura pas trop besoin de verbaliser. En sachant qu'on est assermentés, ça va faire prendre conscience aux gens. Et s'il y en a un ou deux, le bouche-à-oreille les calmera. J'espère qu'on aura pas besoin d'aller plus loin", estime Martine. Dissuader plutôt que sanctionner, c'est aussi ce qu'espère Éric. Il explique qu'il privilégiera toujours la pédagogie.

144 PV dressés en un an, surtout pour des jets d'ordure

"Mon but, ce n'est pas de mettre un PV aux gens. Je trouve que c'est important de communiquer, d'aller vers les gens et de leur expliquer les choses. Après, s'ils ne comprennent pas, je le ferai. Mais ce n'est pas pour autant que je vais en mettre tous les quatre matins", confie le gardien d'immeuble.

Car il ne s'agit pas de remplacer les forces de l'ordre. "Il ne sont pas là pour faire le travail de la police. Si c'est du délit, du trafic de drogue, ils n'ont pas à intervenir. Ils ne sont concernés que par les incivilités", prévient Roger Madec, président de Paris Habitat. Avant de prêter serment, les gardiens d'immeuble ont eu deux jours de formation pour connaître les textes de loi, savoir ce qu'ils ont le droit ou pas de sanctionner...

Une fois les PV dressés, les locataires sont convoqués au tribunal et risquent une amende pouvant aller de 38 à 3.750 euros, selon l'infraction commise.

Martine et Éric disent ne pas craindre de représailles ou d'hostilités de la part des locataires. Éric préfère voir cette assermentation comme un outil pour inciter les habitants à être plus respectueux. "Je trouve que ça enrichit mon métier, ça va nous aider à faire respecter le règlement. Ça montre qu'on prend notre travail à cœur"

Risques d'amendes entre 38 et 3.750 euros

Au bout d'un an, c'est un succès, estime Ian Brossat, adjoint à la mairie en charge du Logement, présent au tribunal ce mercredi pour l'assermentation. "144 PV ont été dressés en un an, notamment liés à des dépôts et à des jets d'ordure. Et nous constatons surtout qu'il y a un effet dissuasif, puisqu'il y a une baisse des incivilités dans un certains nombre de secteurs", déclare-t-il. Paris Habitat estime que l’assermentation a permis une baisse de 34,4% des  nuisances du quotidien sur certains secteurs. 53 condamnations ont été prononcées à ce jour.

Choix de la station

France Bleu