Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Paris : ils marchent pour dépénaliser l'usage du cannabis

-
Par , France Bleu Paris

Plusieurs centaines de personnes s'étaient rassemblées ce samedi à Paris pour réclamer la dépénalisation, voire la légalisation du cannabis.

Plusieurs centaines de personnes s'étaient rassemblées à Paris pour réclamer la dépénalisation du cannabis
Plusieurs centaines de personnes s'étaient rassemblées à Paris pour réclamer la dépénalisation du cannabis © Radio France - - Bintily Diallo

Ils étaient quelques centaines à défiler au coeur de Paris, parfois en fumant un joint. Les partisans d'une dépénalisation de l'usage de cannabis, voire d'une légalisation, se sont réunis samedi pour la marche mondiale du cannabis, après des rassemblements le week-end dernier dans plusieurs villes de France (Marseille, Toulouse, Lyon, Bayonne, Poitiers) et à l'étranger.

Le reportage sur place de Bintily Diallo, de France Bleu 107.1 :

Bintily Diallo a rencontré les partisans de la dépénalisation, voire la légalisation, du cannabis

Parmi les revendications récurrentes, la dépénalisation de la consommation, de la possession et de l'auto-production de cannabis pour usage personnel, mais aussi la défense du cannabis à usage thérapeutique. 

En France, le cannabis est prohibé depuis 1970, avec au maximum un an de prison et 3.750 euros d'amende. Dans la pratique, si l'emprisonnement pour usage est exceptionnel, les amendes perdurent, "une pression" qui pèse sur les usagers, souligne Farid Ghéhiouèche, fondateur de Cannabis sans frontières.

Rejet d'une proposition de loi sur l'usage et la vente contrôlée du cannabis en avril

Il regrette que le Sénat ait rejeté, en avril, une proposition de loi de la sénatrice écologiste Esther Benbassa visant à autoriser l'usage et la vente contrôlée par l'Etat tout en interdisant la publicité et la vente aux mineurs.

> A lire aussi : un adolescent de 17 ans sur deux a déjà essayé le cannabis  

"Il faut que les politiques bougent, il y a urgence ", dit M. Ghéhiouèche, évoquant des questions de sécurité liées aux trafics de drogues et des problèmes de santé publique, liées à la forte proportion de jeunes consommateurs de cannabis en France.

Un jeune sur deux a déjà fumé du cannabis en 2014, un sur dix en fume régulièrement

Selon l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies, sa consommation est repartie à la hausse chez les jeunes de 17 ans : près d'un sur deux l'a déjà expérimenté en 2014 et près d'un sur dix en fume régulièrement.

Réclamant des "politiques de prévention plus impactantes vis-à-vis des jeunes", via des "outils pédagogiques qui percutent" sur les effets du cannabis et les pratiques réduisant les risques, M. Ghéhiouèche défend "une consommation responsable et maîtrisée".

"La question de la légalisation, à moyen terme, redevient raisonnablement envisageable en France" , estime Fabrice Olivet, de l'association de consommateurs Asud, mais "les socialistes ne seront jamais ceux qui vont permettre cette réforme, par peur d'être taxés de laxistes".

François Hollande et Manuel Valls, qui avait reconnu en janvier 2014 avoir "peut-être fumé une fois" du cannabis, se sont toujours prononcés pour son interdiction.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess