Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Paris : l'association "Osez le féminisme" appelle à manifester contre la rétrospective Polanski lundi

lundi 30 octobre 2017 à 11:57 Par Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu

"Osez le féminisme" appelle à un rassemblement lundi à 20h devant la Cinémathèque à Paris. L'association accuse la Cinémathèque de "participer à la culture de l'impunité des violences masculines" en organisant une rétrospective du cinéaste Roman Polanski, accusé d'agressions sexuelles.

Roman Polanski
Roman Polanski © Maxppp - Julien Warnand

Paris, France

La rétrospective Polanski, qui doit être inaugurée lundi soir à la Cinémathèque française à Paris, fait réagir l'association "Osez le féminisme". Elle appelle à un rassemblement lundi à 20h devant la Cinémathèque. Elle reproche à la Cinémathèque de "participer à la culture de l'impunité des violences masculines".

Une pétition pour obtenir l’annulation de la rétrospective Polanski

Une pétition sur change.org demande à la Cinémathèque française d'annuler la rétrospective des films de Roman Polanski. La pétition a recueilli à ce jour 26 446 signatures.

Une page Facebook a aussi été créée.

La rétrospective Polanski doit être inaugurée lundi soir en présence du cinéaste. Elle doit durer jusqu'au 25 novembre 2017. "Le timing de cette rétrospective est très mal choisi" a indiqué sur France Info Laure Salmona, auteur de la pétition et secrétaire générale adjointe du collectif "Féministe contre le Cyber harcèlement". Elle précise que ce n'est pas tant la rétrospective que l'invitation du réalisateur à l'inauguration qui est choquante. "Arrêtons de lui dérouler le tapis rouge", dit-elle. "On peut séparer l'homme de l'oeuvre, faisons-le" ajoute-t-elle en indiquant qu'il ne s'agit pas de demander qu'on ne regarde plus les films de Polanski.

La réaction de la Cinémathèque

La Cinémathèque française ne veut pas céder. Elle a décidé de défendre sa décision. Elle indique "D'abord l'essentiel, l'évidence : la rétrospective intégrale des films de Roman Polanski aura bien lieu à la Cinémathèque française, à partir du 30 octobre, en sa présence et avec la participation de nombre de ses collaborateurs (...) Fidèle à ses valeurs et à sa tradition d'indépendance, la Cinémathèque n'entend se substituer à aucune justice. Son rôle de musée du cinéma ne consiste pas à placer qui que ce soit sur un quelconque piédestal moral. Ceux qui nous reprochent cela ne mettent jamais les pieds dans nos salles et ignorent tout de nos missions de conservation et de transmission. Nous ne décernons ni récompenses ni certificats de bonne conduite. Notre ambition est autre : montrer la totalité des œuvres des cinéastes et les replacer ainsi dans le flux d'une histoire permanente du cinéma."

Pour les féministes l'argument n'est pas recevable

Pour les féministes, "ce n'est pas un argument recevable car on parle quand même d'une personne accusée de pédo-criminalité. La dernière victime avait 10 ans au moment du viol". L'avocat de Roman Polanski rappelle qu'il a reconnu une seule affaire il y a 40 ans. Le cinéaste avait plaidé coupable pour détournement de mineur avant de fuir quand il avait appris qu'il risquait 50 ans de prison. "Il y a un moment où il faut arrêter avec l'impunité des hommes célèbres." s'insurge Laure Salmona.

N'avons-nous rien retenu de ces dernières semaines " - Osez le féminisme

L'association met en avant la vague de libération de la parole après l'affaire Weinstein. Le producteur est accusé par une cinquantaine de femmes de harcèlements, d'abus sexuels, et de viols. Des enquêtes sont en cours à Londres, New York et Los Angeles.

Dans la continuité de l'affaire Weistein, d'autres actrices sortent de l'ombre. Récemment deux nouvelles femmes ont accusé Roman Polanski de les avoir agressées sexuellement au début des années 1970 lorsqu'elles avaient respectivement 10 et 15 ans.

Pour l'association féministe, cette rétrospective Polanski laisse passer l'idée que "violer un enfant n'est pas si grave devant le "génie de l'artiste".

Début 2017, le cinéaste avait renoncé à présider la cérémonie des César sous la pression des féministes.