Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Parcs sans tabac : un mois après le début de l'expérimentation, les fumeurs parisiens se sont-ils adaptés ?

dimanche 19 août 2018 à 16:59 Par Hugo Charpentier, France Bleu Paris et France Bleu

Ce n'est qu'une expérimentation mais elle fait réfléchir : depuis le 10 juillet dernier, six espaces verts de la capitale sont non fumeur. Ce test va durer quatre mois et pourrait ensuite être étendu à d'autres parcs de la ville de Paris.

L'entrée du parc Georges Brassens dans le XVe arrondissement de Paris
L'entrée du parc Georges Brassens dans le XVe arrondissement de Paris © Radio France - Hugo Charpentier

Paris, France

Quelques centimes de plus ou quelques centimes de moins : le prix de certains paquets de cigarettes va être ajusté à partir de ce lundi 20 août. Mais il restera stable pour les principales marques avec des tarifs allant de 7,60 euros et 9,30 euros. Tout cela ne devrait de toute façon pas durer. 

Les pouvoirs publics mènent toujours la guerre contre la cigarette. Pour réduire la consommation de tabac, le gouvernement a prévu d'ici novembre 2020, un prix de 10 euros le paquet de 20 cigarettes.  De son côté, la ville de Paris expérimente depuis quelques semaines l’interdiction totale de fumer dans certains espaces verts. En tout, six parcs de la capitale ont banni la cigarette.  

Il est donc désormais interdit de fumer dans le jardin Anne Franck (3e), dans le jardin Yilmaz Güney (10e), dans le square Trousseau (12e), dans le square Henri Cadiou (13e), dans le square des Batignolles (17e) ainsi que dans le parc Georges Brassens (15e) où cette nouvelle règle ne fait pas que des heureux. 

Interdire, interdire, interdire, ça va maintenant ! 

Assis sur un banc, les jambes croisées, Abdel profite du beau temps. "Je suis en train de me reposer tranquille, à l'ombre". Il tient dans une main un bouquin et dans l'autre "une clope !". Ce quarantenaire qui vit dans le quartier assure ne pas être au courant de l'interdiction de fumer : "Je ne savais pas du tout, je n'ai pas vu les panneaux." Et Abdel ne semble pas convaincu. "Ça veut dire qu'il faut fumer sa clope à l'entrée du parc ? Je trouve ça nul. Interdire, interdire, interdire, ça va maintenant ! Dans les cafés, je comprends. Dans les lieux fermés, je comprends. Mais dans les parcs, non !" 

Et pourtant dans ce parc, certains visiteurs non fumeurs sont plutôt favorables. A l'image d'Alisson qui casse la croûte. Cette jeune femme a déjà eu affaire à des voisins de pique-nique pas toujours très commodes :"Ça m'est déjà arrivé de demander de faire attention mais parfois ils le prennent mal". Sa copine Charlotte espère que cette règle soit généralisée "pour ne plus être agressée par la fumée". Par la fumée ou par les mégots jetés sur les pelouses. Un mégot de cigarette qui met douze ans à se décomposer.