Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Paris : la colère des riverains de Stalingrad face au trafic de crack

samedi 13 octobre 2018 à 18:59 Par Sylvie Charbonnier, France Bleu Paris

Les riverains de la place Stalingrad, à Paris, n'en peuvent plus. Depuis l'été, la présence des consommateurs de crack et des dealers a explosé. Ils dénoncent des agressions, des vols et un climat d'insécurité de plus en plus tendu. Ils se sont rassemblés samedi pour interpeller la ville de Paris.

rassemblement des riverains de la place Stalingrad
rassemblement des riverains de la place Stalingrad © Radio France - Sylvie Charbonnier

Paris, France

Depuis l'été dernier, et notamment la dernière évacuation de la "colline du crack", place de la Chapelle, la situation ne fait qu'empirer, place de Stalingrad. Les consommateurs de crack sont de plus en plus nombreux et la présence des dealers provoque des bagarres, des agressions et un climat d'insécurité que les riverains ne supportent plus. 

"On ne peut plus sortir de chez soi, les gens se font agresser"! dénoncent Michèle et Christian, un couple du quartier. A l'origine du rassemblement de ce samedi 13 octobre, les salariés des cinémas MK2, situés sur les quais. Julien, l'un des salariés, dénonce : " Une collègue s'est fait agresser, il y a quelques jours, un coup de poing en pleine tête et une autre, qui sortait du travail le soir, s'est fait attaquer à coups de tournevis. Ce n'est plus tenable"! 

Pour Pierre, du collectif des habitants du quartier, " la situation ne fait que se dégrader. On laisse se rassembler au même endroit, des populations en grande précarité. Il faut faire quelque chose très vite!"