Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Paris : la voiture publicitaire Sugar Daddy a été envoyée à la fourrière par la police

jeudi 26 octobre 2017 à 11:54 Par Martine Bréson et Thibaut Lehut, France Bleu Paris et France Bleu

La voiture où est accrochée la publicité très controversée, "Sugar Daddy", qui défile devant les universités parisiennes, a été contrôlée par la police devant France Télévisions, ce jeudi matin. Le véhicule a été envoyé à la fourrière.

La publicité Sugar Daddy devant France Télévisions.
La publicité Sugar Daddy devant France Télévisions. - Twitter @CParrot

Paris, France

La voiture qui présente la sulfureuse publicité "Sugar Daddy" a été contrôlée par la police jeudi matin devant France Télévisions. Le chauffeur a présenté un permis hongrois et une feuille avec une liste de points dans Paris où son entreprise lui demande de stationner, raconte un journaliste de franceinfo sur son compte Twitter. La police a décidé d'immobiliser le véhicule et de l'envoyer vers la fourrière la plus proche, car il n'a pas d'autorisation préfectorale.

Le chauffeur a donc enlevé la publicité, ce qui en a fait apparaître une autre, pour un magasin de bricolage polonais.

Après plusieurs alertes sur les réseaux sociaux, mercredi, à l'encontre de cette publicité pour le site de rencontres, Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur l’a qualifié d'"incitation à la prostitution". La ville de Paris a saisi le procureur de la République, mercredi, pour faire "disparaître" ces publicités dans la ville.