Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Paris : le bidonville du boulevard Ney évacué pour la quatrième fois mardi matin

mardi 28 novembre 2017 à 8:02 - Mis à jour le mardi 28 novembre 2017 à 8:38 Par Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu

La préfecture d'Ile-de-France a annoncé mardi matin le démantèlement du "campement illicite" de la porte des Poissonniers, boulevard Ney, dans le 18e arrondissement de Paris et la mise à l'abri de ses occupants. L'évacuation a commencé à 7h45.

Evacuation du camp de Roms du boulevard Ney.
Evacuation du camp de Roms du boulevard Ney. © Maxppp - Francois Lafite/Wostok Press

Paris, France

L'évacuation du bidonville de la porte des Poissonniers à Paris a commencé mardi matin à 7h45. Ce campement est occupé par 240 personnes dont une centaine d'enfants. Certains enfants sont scolarisés dans le quartier, selon le collectif Roms Paris. Mardi matin, la moitié des occupants habituels étaient encore sur place, indique la préfecture de police, les autres étaient déjà partis à l'arrivée des forces de l'ordre.

Une centaine de policiers a été mobilisée pour cette évacuation. C'est la quatrième fois en trois ans que ce camp est démantelé. Selon des informations recueillis par Kevin Bordereau de France Bleu Paris , une cinquantaine de personnes devraient être prises en charge par la Mairie de Paris. Elle devrait les orienter vers des centres d'hébergement pour un accueil sur le long terme. Les autres personnes devraient se voir proposer quelques nuits d'hôtel.

Evacuation du bidonville mardi matin. - Aucun(e)
Evacuation du bidonville mardi matin. -

On n'est pas des animaux " - Albert, 18 ans

Albert fait partie des personnes évacuées du bidonville. Il a 18 ans, il vit depuis six mois dans une cabane de ce camp. Sa femme est enceinte, son petit frère va à l'école. "Nous aussi, nous sommes des humains", dit-il à France Bleu Paris, "On n'est pas des animaux. Ma femme est enceinte, elle ne peut pas rester dans la rue enceinte. Elle va faire quoi, elle va coucher dans la rue. En plus, moi je travaille. Mon petit frère, il va à l'école. Ça va être compliqué. Moi je ne vais pas laisser mon petit frère, je vais l'amener moi même à l'école, tous les soirs, tous les matins. J'espère qu'on va aller à l'hôtel sinon on va dormir dans la rue comme des chiens."

Une quatrième évacuation en trois ans

Le tribunal de grande instance de Paris avait ordonné cette nouvelle évacuation en septembre 2017. Il avait donné 10 jours aux habitants pour quitter les lieux.

Les autorités expliquent leur décision en indiquant qu'il y a des risques importants pour le voisinage et la santé des occupants du bidonville. Dans ce camp, il y aurait de très jeunes enfants et des personnes malades.

Une centaine de policiers est sur place. - Aucun(e)
Une centaine de policiers est sur place. -