Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Paris : le DAL se mobilise contre les hôtels taudis

jeudi 10 mai 2018 à 20:19 Par Vianney Smiarowski, France Bleu Paris

Une cinquantaine de personnes se sont réunies ce jeudi dans le 20e et 12e arrondissement de Paris, à l’appel du DAL, l’association Droit au logement. Une manifestation contre les propriétaires d’"hôtels taudis" qui mettent la pression sur leurs locataires pour les pousser à quitter les lieux.

Départ de la marche du DAL contre les "hôtels taudis" dans le 20e arrondissement de Paris
Départ de la marche du DAL contre les "hôtels taudis" dans le 20e arrondissement de Paris © Radio France - Vianney Smiarowski

Paris, France

"Y’en a marre des marchands de sommeil", "honte au proprio", voilà le genre de slogans que les manifestants du DAL ont scandé devant l’hôtel "Bellevue" dans le 20ème arrondissement de Paris ce jeudi. Dans cet hôtel social, les 22 locataires racontent vivre dans des conditions indécentes et disent subir des pressions de la part du nouveau propriétaire. 

"C’est catastrophique. Je vis dans une chambre de 9m² et je paye 430 euros de loyer. C'est déplorable, sans compter la pression" dit Rabah, 61 ans, les larmes aux yeux. Il habite à l’hôtel Bellevue depuis quatre ans. Les locataires parlent de harcèlement de la part du nouveau propriétaire pour les pousser à partir. 

"tout est fait pour nous pousser à partir"

"En sachant qu'il y a une dame handicapée, la première chose que le propriétaire a fait c'est enlever la poignée des toilettes, enlever les portes des toilettes et des douches. Il y a des coupures d'eau chaude depuis février, des coupures de chauffage. La saleté je ne vous en parle même pas, tout est fait pour nous pousser à partir" rajoute Bouhjar, locataire depuis 7 ans. Les locataires expliquent aussi que le propriétaire a enfermé un chien dans une des chambres vacantes pour qu’il hurle toute la nuit, ou encore mis une radio dans une autre chambre avec le volume à fond.

Les services de la ville Paris alertés

Dans le rassemblement du DAL, Ian Brossat est venu soutenir les mal-logés. "Dès lundi, les services de la ville de Paris se rendront sur place et en fonction de ce que nous constaterons, nous interpellerons la préfecture de police, éventuellement le parquet. En tout cas, on ne peut pas tolérer qu'un propriétaire humilie des locataires de cette manière" dit l'adjoint à la maire de Paris en charge du logement.

"Les locataires de ces meublés ont des droits"

Les clients de cet hôtel ne sont pas opposés à quitter les lieux mais ils ne veulent pas se retrouver à la rue. "Les locataires de ces meublés ont des droits. Le premier droit c'est un contrat annuel, renouvelable par tacite reconduction. Dans tous les cas de figure, si le propriétaire veut évincer les locataires, il doit avoir en main un jugement d'expulsion et une intervention de la force publique" précise Jean-Baptiste Eyraud, le porte-parole du DAL, venus rappeler à ce propriétaire qu’il ne doit pas se faire justice lui-même.

Le propriétaire de l'hôtel n'a pas souhaité rencontrer les membres du DAL, ni qu'ils rentrent dans le bâtiment, bien gardé par un vigile à l'entrée. Après cet épisode, le DAL s'est ensuite rendu devant un autre hôtel taudis mais dans le 12e arrondissement cette fois, l'hôtel des colonnes, où les manifestants décrivent une situation est similaire.