Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Paris : les policiers municipaux auront des missions qui "ne nécessitent pas d'armes létales" selon la mairie

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Les premiers policiers municipaux de Paris entreront en fonction en 2021. "Une avancée historique" salue l'adjoint à la sécurité de Paris, Nicolas Nordman, qui défend une police sans "armes létales". Leur mission sera de "mieux réguler l'espace public" en luttant contre les incivilités.

Police municipale (illustration)
Police municipale (illustration) © Radio France - Laurent Gallien

A partir de ce mardi, les députés débattent de la proposition de loi sur la sécurité globale qui permettra, entre autres, la création d'une police municipale à Paris. La capitale est la seule ville de plus de 100.000 habitants avec Brest à ne pas avoir de policiers municipaux dans ses rues. Sur France Bleu Paris, Nicolas Nordman, adjoint en charge à la sécurité à la mairie de Paris, salue "une avancée historique". La maire de Paris en avait fait une promesse de campagne, après avoir été opposée à l'idée, comme ses prédécesseurs auparavant. 

L'objectif est d'atteindre 5.000 agents d'ici 2024, les premiers entreront en fonction en 2021. Des agents équipés de bâton Tonfa, mais pas d'armes à feu. "Nos policiers seront équipés d'armes de défense, pas d'armes létales" assume l'adjoint en charge à la sécurité car "les missions qu'ils vont avoir ne nécessitent pas cet armement létal". 

Des élus de l'opposition et le co-rapporteur du texte à l'Assemblée, l'ancien patron du Raid et député LREM Jean-Michel Fauvergue, dénoncent une erreur, rappelant que les policiers sont aujourd’hui des cibles du terrorisme. Nicolas Nordman répond que "leurs missions ne sont pas des missions d'intervention sur des scènes terroristes". 

Des policiers municipaux en charge de la tranquillité publique

Mais comment réagir face à une situation d'urgence ? A Nice, un policier municipal armé a permis de neutraliser le terroriste islamiste dans la basilique Notre-Dame. "A Nice, les policiers municipaux ont été appelés, nous ne voulons pas de ce dispositif-là pour avoir des agents de première intervention, cela relève de la police nationale", distingue Nicolas Nordman qui invite la population à appeler la police nationale "quand on est devant une scène d'attentat". L'élu compte aussi sur les liens étroits entre les salles de commandements des deux polices. 

La mairie de Paris peut-elle changer d'avis que cette question de l'armement ? "L'avenir nous le dira" répond l'adjoint en charge de la sécurité.

Les policiers municipaux de Paris seront chargés de lutter contre les incivilités, "les motos qui font du bruit, les ordures et les trottinettes sur les trottoirs". Des missions déjà menées par les différents agents de la ville aujourd'hui en charge de la protection et de la sécurité mais pas forcément habilités à dresser des PVs. Ces agents seront plus nombreux (5.000) et "très présents" pour "pouvoir mieux réguler l'espace public" défend Nicolas Nordman, et "qu'il puisse y avoir la verbalisation des contrevenants et des chauffards"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess