Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Paris : nouveau boycott des cantines dans le 18e

-
Par , France Bleu Paris

Les parents d'élèves du 18ème arrondissement ne décolèrent pas face à la mairie et l'entreprise Sogeres. Vendredi midi, ils ont organisé le troisième retrait collectif des enfants des cantines.

Pour protester contre les repas servis à la cantine, parents et enfants du 18ème ont pique-niqué dans les squares.
Pour protester contre les repas servis à la cantine, parents et enfants du 18ème ont pique-niqué dans les squares. © Radio France - Laura Dulieu

Ils se sont installés à l'ombre, dans les squares de Clignancourt, des Cloÿs, Léon ou Burcq, pour partager un pique-nique avec leurs enfants. Pour la troisième fois de l'année scolaire, les parents d'élèves du 18ème arrondissement de Paris ont retiré leurs enfants de leurs cantines. En cause : la qualité des repas, préparés par Sogeres (du groupe Sodexo), qu'ils jugent mauvaise.

Réunis en collectif, Les enfants du 18 mangent ça, ils demandent à la mairie de rompre le partenariat avec l'entreprise, qui court théoriquement jusqu'en 2023. Malgré les engagements de la mairie et un cahier des charges plus exigeant, les parents réclament plus de transparence. Selon Anne Renaudy, membre du collectif, "ce qui est écrit dans le menu ne correspond pas à la réalité des assiettes". Pour preuve, le collectif publie sur Facebook une photo quotidienne du menu des cantines de l'arrondissement.

Certains parents qui le peuvent ont même retiré définitivement leur enfants de la cantine, comme Coline, 9 ans, qui parle "d'omelette violette ou verte". D'autres parents, comme Sophie, travaillent et ne peuvent pas prendre en charge le repas de leur enfant. Sophie se dit "très inquiète" pour la santé de sa fille.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess