Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Paris-Roubaix 2019 : les dernières infos de la "Reine des classiques" cyclistes

dimanche 14 avril 2019 à 3:33 Par Stéphane Barbereau, France Bleu Nord

La 117ème édition de la course cycliste s'élance ce dimanche 14 avril de Compiègne, dans l'Oise. France Bleu vous donne les conseils de Marc Madiot, les douleurs des coureurs, les déclarations d'amour des spécialistes de l'Enfer du Nord.

Le public a assisté nombreux à la présentation des équipes, ce samedi après-midi, à Compiègne
Le public a assisté nombreux à la présentation des équipes, ce samedi après-midi, à Compiègne © Maxppp - Fred Haslin

Compiègne, France

C'est un double vainqueur qui parle, avec sa franchise habituelle. Marc Madiot ne mâche pas ses mots quand il s'agit de parler de Paris-Roubaix et de la mentalité que doit adopter un vainqueur potentiel : 

Il faut être très méchant pendant 7 heures.

Marc Madiot, vainqueur de Paris-Roubaix en 1985 et 1991 - Maxppp
Marc Madiot, vainqueur de Paris-Roubaix en 1985 et 1991 © Maxppp - Fred Haslin

Marc Madiot explique le mental du coureur avant Paris-Roubaix

"il faut pas se préoccuper des autres qui tombent. Un coureur qui tombe, c'est un coureur en moins. Le reste de l'année, je me préoccupais de ce qu'il était arrivé à un copain qui était tombé, mais à Roubaix, jamais ! C'était très simple et très brutal mais c'était mes perceptions que j'avais quand j'étais coureur". 

Même pas mal

Si Marc Madiot dramatise l'enjeu de cette course, d'autres au contraire banalise cette épreuve, comme Oliver Naesen. Le leader d'AG2R La Mondiale sur les Flandriennes paraît étonné quand on lui parle des douleurs que provoquent les pavés : 

J'ai jamais fini Roubaix cramé. C'est pas super dur parce que c'est tout plat au final.

Le coureur flamand Oliver Naesen - Maxppp
Le coureur flamand Oliver Naesen © Maxppp - Philippe de Poulpiquet

"On fait jamais des trucs extraordinaires, c'est juste que toute la journée, c'est usant. Le principal, c'est d'éviter les chutes et la malchance".

ça change quoi la trouée d'Arenberg rénovée ?

C'est l'un des trois secteurs pavés les plus éprouvants. La trouée d'Arenberg, 2 300 mètres de pavés disjoints et biscornus, rénovées sur un quart de sa longueur cette année. Arnaud Démare, le coureur originaire de Beauvais, l'a emprunté et n'a pas vu de différence : 

ça sera pas plus facile, juste moins dangereuse avec moins de trous mais elle fera toujours aussi mal.

Un bébé et une victoire pour Adrien Petit ?

A la veille d'être papa pour la première fois, l'Arrageois Adrien Petit se prend à rêver : "j'ai des aptitudes pour faire un gros résultat sur cette course, c'est une pression supplémentaire et ça l'est davantage cette année" :

Ma copine doit accoucher sous peu donc je croise les doigts pour que ça n'arrive pas la nuit précédant la course

Les ambitions d'Adrien Petit après le forfaot de son leader Niki Terpstra

Adrien Petit, avec son nouveau maillot Total Direct Energie, sur le podium de présentation des équipes de Paris-Roubaix 2019 - Maxppp
Adrien Petit, avec son nouveau maillot Total Direct Energie, sur le podium de présentation des équipes de Paris-Roubaix 2019 © Maxppp - Fred Haslin

Florian Sénéchal, équipier outsider chez Deceuninck-Quickstep

Après leur échec dans le Tour des Flandres, l'équipe belge du Nordiste a visiblement a coeur de remporter l'Enfer du Nord : "c'est la course que l'équipe a le plus préparé : physiquement, techniquement avec le matériel, le staff a été incroyable. On sait que beaucoup d'équipes vont courir contre nous, on nous attend au tournant mais je pense qu'on va savoir être là". L'ancien vainqueur de Paris-Roubaix Junior, originaire du Cambrésis a cette course dans la tête et dans les jambes depuis longtemps : 

C'est la course qui donne le plus d'émotions. C'est la plus belle.

Florian Sénéchal, lors de Paris-Roubaix 2018. - Maxppp
Florian Sénéchal, lors de Paris-Roubaix 2018. © Maxppp - Fred Haslin

Florian Sénéchal prêt à endosser le rôle de leader-outsider

Jean-René Bernaudeau défend son nouveau sponsor

Ce dimanche, il y aura une nouvelle équipe dans le peloton mondial. Plus précisément, l'équipe dirigée par le Vendéen Jean-René Bernaudeau change de nom : Direct Energie ayant été racheté l'an passé par Total porte désormais le nom du groupe pétrolier. L'une des industries les plus polluantes au monde qui devient sponsor d'une discipline les plus respectueuses de la planète, ça en choque certain, pas Jean-Renée Bernaudeau qui sort sa punchline : 

Il y a des gens qui critiquent Total et qui n'éteignent pas la lumière. On n'oubliera les gens qui parlent de carburant alors que nous on veut carburer dans le vélo.

La punchline de Bernaudeau sur ceux qui attaquent Total