Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Paris : un prêtre accusé d'homophobie après avoir refusé d'organiser les obsèques d'une femme homosexuelle

lundi 18 juin 2018 à 19:02 Par Aurore Jarnoux, France Bleu Paris

En avril dernier, le prêtre d'une paroisse du 19e arrondissement de Paris refuse de célébrer l'enterrement de Claude, une femme de 81 ans, mariée à sa compagne de longue date, Annick. Pour les amies du couple, l'homme d'église a décliné parce qu'elle était homosexuelle, ce qu'il nie catégoriquement.

Les obsèques de Claude devaient avoir lieu dans l'église Notre-Dame-de-l'Assomption des Buttes-Chaumont à Paris.
Les obsèques de Claude devaient avoir lieu dans l'église Notre-Dame-de-l'Assomption des Buttes-Chaumont à Paris. © Radio France - Aurore Jarnoux

Paris, France

"On lui a gâché sa sortie" : ce sont les mots de Colette, amie de longue date de Claude. Cette octogénaire, catholique pratiquante, meurt en avril dernier suite à un malaise cardiaque. Elle avait informé sa femme, Annick, de sa volonté d'être enterrée religieusement. Mais les choses se sont passées bien différemment.

Le prêtre accepte puis refuse

Annick, en couple avec Claude depuis 48 ans et mariée depuis deux ans, fait appel à une entreprise de pompes funèbres pour contacter la paroisse Notre-Dame-de-l'Assomption des Buttes-Chaumont dans le 19 arrondissement de Paris, située près du domicile du couple.

Dans un premier temps, le père Jean-Luc Leverrier accepte de célébrer la cérémonie. Mais il se rend compte quelques minutes plus tard qu'il a un empêchement. Le prêtre recherche alors un remplaçant, en trouve un, mais il découvre que la défunte, Claude, n'habitait pas dans le secteur de la paroisse et que, d'après lui, elle y venait rarement. Il apprend également que Claude était lesbienne. 

Le père Jean-Luc Leverrier contacte alors les pompes funèbres. Et là, ça dégénère. L'employé au bout du fil lui demande si il annule la cérémonie pour une raison autre que l'adresse de la défunte. Réponse du prêtre : "Si vous voulez dire que c'est parce que la personne avait épousé une autre dame, effectivement c'est une raison supplémentaire". 

Quand je dis une raison supplémentaire, c'est une raison supplémentaire de prendre soin de la défunte"- le père Jean-Luc Leverrier

Les amies de Claude sont furieuses

Brigitte et Colette ont entendu cette discussion entre l'employé des pompes funèbres et le prêtre. Ces deux amies de longue date de Claude, témoins de son mariage, sont scandalisées. Elles n'ont aucun doute sur le caractère homophobe de cette décision.

Comment vous appelez ça vous ? De la délicatesse ? Non, c'est un acte homophobe. Le prêtre a été infâme, aucun cœur, aucune compassion" Colette, amie de Claude

Mais le prêtre s'en défend. Le père Jean-Luc Leverrier ne souhaitait pas déléguer cette cérémonie à un collègue car selon lui, un enterrement est toujours un moment unique. "Et pour une personne en situation particulière, orpheline, pauvre ou homosexuelle, ce serait injuste de ne pas faire part d'une délicatesse supplémentaire", souligne Jean-Luc Leverrier.

Ces explications ne satisfont pas du tout Colette et Brigitte. Les deux amies s'interrogent : "pourquoi le prêtre n'a-t-il pas dit tout de suite, dès qu'on a demandé une bénédiction, qu'il ne pouvait pas ? Il avait déjà l'adresse de Claude." Selon elles, le père Leverrier a annulé au moment où il a compris que Claude était homosexuelle.

Changer la loi de l'église

Pour se faire entendre et partager leur colère, Colette et Brigitte ont écrit à l'association chrétienne de défense des droits LGBT, David et Jonathan

Un autre prêtre, membre lui de l'association David et Jonathan, ne blâme pas son collègue mais pour lui, le père Leverrier a fait une erreur. "Juste, je crois que les personnes LGBT veulent être traitées comme tout le monde, souligne cet homme d'église qui souhaite rester anonyme. On n'a pas à organiser différemment des obsèques parce que ceci ou cela".

Ce prêtre demande un changement dans la loi de l'église. Actuellement, selon lui, elle considère l'homosexualité comme un acte intrinsèquement désordonné.