Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

#ParisAttacks : Futuroscope de Poitiers, "un peu de répit loin de l'horreur"

-
Par , France Bleu Poitou
Poitiers, France

Au lendemain des attaques meurtrières de Paris, le Futuroscope a décidé de rester ouvert ce samedi 15 novembre 2015. Dans ce contexte particulier, les 5 000 visiteurs ont maintenu leur week-end de détente. Comme une parenthèse enchantée loin de l'horreur. Sur place, la sécurité a été renforcée.

#ParisAttacks : week-end presque normal au Futuroscope de Poitiers
#ParisAttacks : week-end presque normal au Futuroscope de Poitiers © Radio France - Isabelle Rivière

Vu de l'extérieur, c'est un week-end "normal" au Futuroscope de Poitiers. Le parking est plein. Dans les haut-parleurs, on peut entendre de la musique ou la voix d'Arthur et les Minimoys. Tout est comme d'habitude, hormis peut-être cette patrouille de gendarmerie qui roule à faible allure entre les rangs de voitures stationnées. 

Au lendemain des terribles attentats de Paris, le Futuroscope de Poitiers, en accord avec les autorités, a décidé de rester ouvert.  Mais sur place la sécurité a été renforcée. 

La fouille des sacs est systématique à l'entrée

Outre le renfort des gendarmes à pied et en voiture, le parc a rappelé du personnel. Là où ils sont 15 d'habitude à l'accueil, ils sont  32 désormais aux 3 entrées, avec fouille systématique des sacs

Les visiteurs ne sont pas vraiment surpris. Ils s'attendaient à ces fouilles et en tout cas, ça les rassure de voir toutes ces mesures de sécurité, nous confie Rodolphe Bouin, Directeur général adjoint du Futuroscope. 

Des milliers de sacs à fouiller. Ce samedi 15 novembre 2015, le parc a accueilli 5000 visiteurs

Aucun visiteur n'a voulu annuler son séjour au Futuroscope. 

Marie-France arrive de Créteil avec toute sa petite famille. Ce week-end au Futuroscope était prévu depuis longtemps, c'était un cadeau pour l'anniversaire de son fils Erwann, 9 ans. Alors difficile malgré le contexte de tout annuler. 

"On a eu peur de  prendre le train. Mais on nous a rassuré. alors on est venu. Et maintenant qu'on est là, on va en profiter. Hier, c'était l'horreur à Paris. Aujourd'hui, c'est la joie qui doit prévaloir", souligne cette maman sous les yeux grand ouverts de son fils.

Plus loin un groupe d'amis a fait la route en voiture de Rodez, Lyon et Toulouse. Ils ont entendu parler des attentats ce samedi matin à la radio, ils en ont parlé tout le long de la route en voiture. 

La vie continue, malgré tout...

Ils sont effarés, écœurés..." mais la vie continue", comme ils disent. Ce qu'ils veulent ce week-end, c'est se changer les idées. Le Futuroscope, parenthèse enchantée loin  de l'horreur du terrorisme, voilà en substance le souhait pour ce séjour dans la Vienne. 

Entendre les salariés qui auraient peur vu le contexte

Du côté de la Direction, les cadres sont revenus ce week-end pour accueillir les salariés. Les tenir informés des dernières informations.

"Nous sommes en lien constant avec la préfecture, et nous sommes transparents quant à l'évolution de la situation, à savoir si l'on doit fermer ou pas, insiste Rodolphe Bouin. 

"Nous avons préparé le personnel à répondre aux questions des visiteurs quant à l'état d'urgence. Nous tenons aussi  à rester à l'écoute des salariés, notamment ce qui pourraient hésiter à venir travailler vu le contexte."

"Nous entendons leurs craintes et prenons toutes les dispositions pour assurer au mieux la sécurité de nos visiteurs et de nos clients." insiste le directeur général du  Parc. 

Avant de rajouter que le Futuroscope est "solidaire" et "a une pensée émue pour les familles de victimes" des attentats de Paris.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess