Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Paroles de mineurs

PAROLES DE MINEURS - Henri Delorme, le charbon à l'extérieur

ÉPISODE 2 - Paroles de mineurs : dix portraits, dix vies, une mine. Rencontre avec Henri Delorme, ancien mineur dans la Loire. Le charbon, il l'a surtout vu à la surface. Il nous livre un point de vue différent des mines du bassin stéphanois.

Henri Delorme, ancien mineur, dans son bureau
Henri Delorme, ancien mineur, dans son bureau © Radio France - Olivier Roché

Henri Delormé est né à La Talaudière (Loire), le 23 avril 1923. Il a connu le fond de la mine pendant deux ans pour échapper à la guerre. En effet, à l'époque, on envoyait les gens au Service du travail obligatoire (STO). Durant l'occupation, l'Allemagne nazie a mis en place la réquisition et le transfert de plusieurs milliers de personnes pour participer à l'effort de guerre allemand. 

Ces Français étaient emmenés contre leur gré dans les usines, les chemins de fers ou encore dans des domaines agricoles. En revanche, par leur métier et leur utilité, les mineurs en étaient exemptés. Henri Delorme y a échappé en 1943. 

"Pendant presque deux ans, j'ai été travailler au fond de la mine" - Henri Delorme, ancien mineur

"On ne peut pas imaginer ce que ça a été dur l'absence de savon pour les mineurs"

Une vie sans savon

Il a connu les restrictions du temps de la guerre. L'une des restrictions les plus difficiles : le savon. Il n'y avait pas ou peu de savon en ce temps-là, fin 1943. Le savon était important pour les mineurs qui se lavaient entre eux. La solidarité était de mise, encore plus, en ces moments douloureux. 

"Vous ne pouvez pas vous imaginer ce que ça a été dur l'absence de savon pour les mineurs." - Henri Delorme, ancien mineur

"On se lavait comme tout le monde, on se lavait entre nous. Les gars qui travaillaient en pleine poussière... Brusquement, il y en a un qui est sorti de la douche en pleurant. Et on lui a dit : 'mais dis donc, pourquoi tu pleures ?' Et il nous a dit : 'ben voilà, je n'ai point de savon et demain je me marie.' Cela a été unanime : tous les mineurs, les copains, ils ont sauté, ont cherché le peu de savon qu'ils avaient. Ils l'ont renvoyé dans sa douche pour qu'il puisse se laver le lendemain complètement propre. Vous ne pouvez pas vous imaginer ce que ça a été dur l'absence de savon pour les mineurs."

Les douches du Puits Couriot - Radio France
Les douches du Puits Couriot © Radio France - Olivier Roché

Devenir chef

Ensuite, Henri Delorme est sorti du fond et a continué sa carrière à l'extérieur. "À 40 ans, je ne sais pas pourquoi. La direction générale des Bassins de la Loire a décidé de m'envoyer en formation. C'est ce qu'ils appelaient la formation pratique des cadres. Cela se passait à Paris. Au bout d'une année, quand je suis revenu aux Bassins de la Loire, ils m'ont confié le service organisation." Avec sourire, Henri Delorme se souvient qu'il était le seul à ne pas avoir été jusqu'en études secondaires à la différence des mineurs dont il était responsable. "Mais c'était quand même moi le chef", assure-t-il.

L'exploitation à ciel ouvert

Après l'organisation, Henri Delorme a notamment travaillé sur les découvertes, c'est à dire les exploitations du charbon à ciel ouvert. Il a travaillé sur plusieurs chantiers, durant les quinze dernières années de sa carrière, qui ont disparu aujourd'hui. Certains sont remplacés par des infrastructures toujours présentes : le stade de football de Roche-la-Molière ou encore l'entrée nord de Saint-Étienne avec l'autoroute A72 et le Musée d'art moderne. 

"On exploitait le charbon et on avait pour mission de faire l'autoroute en même temps." - Henri Delorme, ancien mineur

La mine c'est le passé de Saint-Étienne mais elle a sculpté son présent. Essayons qu'elle reste longtemps dans les mémoires, dans le futur.

Un wagon de charbon - Radio France
Un wagon de charbon © Radio France - Alexandre Czuczman
  - Aucun(e)

"Paroles de mineurs" est une série de dix portraits de mineurs. À travers des témoignages et photos, découvrez l’histoire de la mine dans la Loire, celles des hommes qui y travaillaient ainsi que leurs proches. Une série créée par  Alexandre Czuczman, Olivier Roché, Elsa Piquet, Sandrine Morin, Marion Aquilina, Frédéric Bœuf.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu