Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Toujours autant de salles de jeux en Allemagne près de Strasbourg, malgré une nouvelle réglementation

mercredi 27 septembre 2017 à 6:48 Par Aurélie Locquet, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Depuis juillet dernier, la réglementation sur les salles de jeux et les casinos a changé dans le Bade Würtemberg, pour limiter leur implantation. Mais à Kehl, à la frontière avec Strasbourg, de nombreuses dérogations ont été accordées.

Les joueurs alsaciens sont nombreux à se rendre dans les salles de jeux Outre-Rhin.
Les joueurs alsaciens sont nombreux à se rendre dans les salles de jeux Outre-Rhin. © Maxppp -

Alsace, France

Si vous vous êtes déjà rendus dans l'Ortenau, vous l'avez certainement remarqué. Dans certaines villes, comme à Kehl, à la frontière avec Strasbourg, les salles de jeux et casinos se suivent à quelques mètres les uns des autres. En juillet dernier, une nouvelle réglementation devait entrer en vigueur après une période de transition: avec l'obligation de respecter une distance de 500 mètres entre ces établissements. L'objectif étant de ne pas encourager au jeu.

Pas de fermeture de salles de jeux à Kehl

Mais selon une enquête de la Mittelbadische Presse, rien n'a changé dans l'Ortenau. Par exemple à Kehl, où sont situées la plupart des salles de jeux de l'Ortenau, 26 établissements sur 28 ne respectent pas la réglementation. Mais aucun d'entre eux ne devra fermer, parce que la municipalité a accordé des dérogations. Ces salles de jeux très fréquentées par les Alsaciens, ont donc un répit jusqu'à 2021.

Une affaire de gros sous?

Pourquoi cette multiplication des dérogations? C'est une affaire de gros sous selon Kai Littmann, d'Eurojournalist.eu. "Les exploitants de ces salles de jeux doivent payer un « impôt sur les spectacles », les villes et communes ne veulent pas se priver de cette recette. A titre d’exemple, cette année, elle est estimée pour la ville de Kehl à 2,8 millions d'euros, à Offenburg à 2,3 millions et à Lahr à 1,4 millions."

En Allemagne, selon les chiffres officiels, il y a 438.000 personnes qui jouent de manière pathologique.