Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pas de cours d'islam prévus dans les écoles de Moselle

mardi 3 novembre 2015 à 18:03 Par Cédric Lang-Roth , France Bleu Lorraine Nord

L'islam sera-t-il bientôt enseigné en Alsace-Moselle, comme les religions catholique, protestante et juive ? Une réflexion est en effet en cours chez nos voisins alsaciens autour de la place de l'islam à l'école. Et le sujet s'invite dans la campagne des régionales.

Salle de classe (photo d'illustration).
Salle de classe (photo d'illustration). © Fotolia

Metz, France

À l'heure actuelle, seules trois religions ont le droit de dispenser des cours en Alsace-Moselle : les religion catholique, protestante et israélite. Or, à en croire un article du Figaro (article payant), l'islam pourrait bientôt faire également son entrée dans les classes. Le sujet s'invite d'ailleurs dans la campagne des régionales : Florian Philippot, tête de liste FN pour la future grande région, a publié un communiqué dans lequel il dénonce l'arrivée de la religion musulmane à l'école.

Pas en Moselle, mais en Alsace

Sauf qu'en Moselle, rien de tout cela n'est prévu. Il existe bien depuis les attentats de janvier un comité interreligieux, sensé favoriser le dialogue entre les différentes religions. Mais c'est tout, comme le confirme Amine Nejdi, le président du Conseil régional du culte musulman en Lorraine.

Dans toute la France, en histoire, on donne des cours d'histoire des religions, où toutes les religions sont concernées à pied d'égalité. Mais de là à promouvoir ou à s'engager dans une entreprise prosélyte, ça n'a jamais été le cas.

Amine Nejdi, président du CRCM en Lorraine.

En fait, c'est en Alsace que la réflexion est allée un peu plus loin. Au printemps dernier, le site Rue89Strasbourg révélait que la préfecture du Bas-Rhin cherchait bien à créer des cours de religion musulmane. Sauf qu'entre temps, le projet s'est heurté à la réalité du Concordat. Impossible, légalement, de mettre l'islam au même niveau que les trois religions "statutaires" (catholique, protestante et israélite).

Le projet a évolué

Désormais, les églises chrétiennes d'Alsace s'orientent plutôt vers un enseignement interreligieux, dispensés par des religieux, et qui remplaceraient les cours de religion actuels. Des imams et des rabbins pourraient être conviés pour en élaborer le programme. C'est ce qu'explique la journaliste indépendante Claire Gandanger :

Ce serait un enseignement qui commencerait à être dispensé dans les lycées. Il proposerait aux élèves un socle commun à la place des enseignements confessionnels. Il pourrait s'ouvrir à des publics d'élèves musulmans et aussi bouddhistes. Ses programmes pourraient être écrits avec l'aide d'experts des religions non reconnus. Mais tout se passerait sous la tutelle des cultes statutaires.

Claire Gandanger, journaliste indépendante.

Aucun projet de ce type n'est en revanche à l'étude en Moselle.