Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pas de perturbation de la première épreuve du bac malgré la grève des enseignants au lycée de Tonnerre

-
Par , France Bleu Auxerre

Près de 50% des enseignants du lycée de Tonnerre ont fait la grève de la surveillance ce lundi. Malgré tout, l'épreuve de philosophie n'a pas été perturbée. Les enseignants veulent recommencer ce mardi.

La grève de la surveillance va être reconduite ce mardi.
La grève de la surveillance va être reconduite ce mardi. © Radio France - Elie Abergel

Tonnerre, France

"Croyez-moi, on ne fait pas grève de gaieté de coeur le jour du bac," commence Frédéric Laballe, professeur de philosophie au lycée Chevalier d'Eon de Tonnerre et membre du syndicat Sud Education. "Nous n'avons pas été écouté par notre ministre, et aujourd'hui c'est la valeur du bac qui est menacée", prévient l'enseignant qui a donc fait grève de la surveillance ce matin. 

Pas de perturbations des épreuves

Comme lui, ils étaient plus de 50% des enseignants au lycée Chevalier d'Eon de Tonnerre à faire la grève de la surveillance ce lundi, selon les professeurs grévistes. L'académie de Dijon, dont dépend le lycée de Tonnerre, annonce 5% de grévistes seulement ce lundi pour la totalité de l'académie. 

Pour autant, l'épreuve de philosophie de ce matin n'a pas été perturbée, car l'Education nationale a réquisitionné du personnel pour assurer la surveillance de l'épreuve. 

Des baccalauréats dévalués 

Lionel Perreira, qui enseigne les sciences économiques et sociales ajoute que "ce n'est pas une grève égoïste, nous sommes dos au mur aujourd'hui car nous sommes méprisés par le ministère". "Mais c'est une notre lycée et la réussite de nos élèves qui est menacée", ajoute Lionel Perreira. 

Les professeurs mobilisés expliquent que la réforme du bac qui rendra le bac "local" selon eux fera perdre de la valeur à l'examen. Pour eux, les lycées comme le lycée de Tonnerre sera forcément défavorisé par rapport aux lycées qui ont une meilleure réputation, ou qui proposent plus de spécialités. 

  - Visactu
© Visactu -