Société

Pas de présence policière près de la cathédrale de Perpignan pendant la messe

Par Anne-Natacha Bouillon, France Bleu Roussillon dimanche 26 avril 2015 à 17:21

La cathédrale St-Jean à Perpignan, lors de la messe ce dimanche
La cathédrale St-Jean à Perpignan, lors de la messe ce dimanche © Radio France - Anne-Natacha Bouillon

Après les attentats déjoués dans des églises en région parisienne, le ministre de l'intérieur réclame l'implication de toutes les forces de l'ordre devant les lieux de culte. Deux grandes messes ont été célébrées dimanche 26 avril à Perpignan. Aucun homme en uniforme n'a surveillé les lieux.

"J'ai très peur de rentrer dans l'église avec ma fille qui doit faire une cérémonie début mai. J'ai très peur . "

Eglise / catherine parisienne

Catherine et son mari Joachim, sont sorti de la cathédrale Saint-Jean à Perpignan avant la dernière prière. Pendant la messe, ce dimanche 26 janvier entre 11h et 12h, aucun policier n'était posté devant l'édifice.

"C'est assez surprenant, n'importe qui peut arriver à n'importe quel moment. je ne comprends pas. Les policiers devraient au moins se faire voir! "

Eglise Joachim

Une autre fidèle, Sélane, tempère : "On peut faire discret, mais il doit y avoir des policiers, parce que le danger est là, il est imminent."

Eglise / Célane Discrétion

D'autres vont plus loin, ils parlent carrément de discrimination entre les religions. "Ils s'occupent plus des religions musulmanes et juives, les catholiques sont mis à l'écart."

Eglise / Caroline autres religion

"C'est choquant, parce ce qu'il a failli y avoir des attentats dans des églises, et c'est grave de ne protéger que certaines religions ."

Eglise / David choquant

D'autant qu'après les attentats déjoués en région parisienne, le ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve a rappelé ce week-end que les lieux de culte doivent être l'objet de plus grande vigilance . Il demande l'implication de tous, gendarmes, police nationale et municipale. Cet appel a été salué par le cardinal Jean XXIII.

La messe célébrée ce dimanche 26 avril en la cathédrale Saint-Jean à Perpignan a réuni plus d'une centaine de personnes. A l'entrée, personne pour surveiller. Certains fidèles préfèrent.

"A la limite, une présence policière ou militaire peut être, au contraire, une provocation."

Eglise / M Madeleine provocation

Tous ont prié, non pas dans la crainte, mais dans la communion. Les plus croyants d'entre eux, comme Marie et Claire, s'en remettent à Dieu.

"Il ne s'agit pas de tomber dans un angélisme béat, mais l'évangile dit n'ayez pas peur."

Eglise / la foi

L'église Notre Dame la Réal, toujours à Perpignan, a rassemblé au même moment une centaine de personnes devant le parvis. Des scouts et leur famille venus organiser la grillade de l'année. Là aussi, il n'y avait aucune force de l'ordre à proximité. Les avis des fidèles sont mitigés .

Surveillance / Microtrot La Réal

Une réunion s'est pourtant tenue cette semaine en préfecture. Après les attentats de Charlie Hebdo début janvier, des dizaines de militaires étaient venus en renfort. Pendant quelques jours seulement, ils surveillaient l'entrée de la synagogue, 24h/24 .