Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pas de vacances pour les gilets jaunes de Villefranche-de-Lauragais

-
Par , France Bleu Occitanie

La cabane du rond-point de Villefranche-de-Lauragais accueille des réunions toutes les deux semaines. Les gilets jaunes ont levé le pied en terme d'occupation mais leur communauté reste mobilisée.

Philippe, Muriel et François, trois gilets jaunes de Villefranche-de-Lauragais
Philippe, Muriel et François, trois gilets jaunes de Villefranche-de-Lauragais © Radio France - Marion Aquilina

Villefranche-de-Lauragais, France

Les gilets jaunes de Villefranche-de-Lauragais ne sont plus en permanence sur le rond-point de la D813 mais ils restent mobilisés. Ils se retrouvent régulièrement dans leur cabane. Des réunions s'y déroulent tous les quinze jours selon les disponibilités de chacun cet été. Un retour sur le rond-point est envisagé mais pour l'instant rien n'est encore fixé.

Muriel est une gilet jaune qui vit à Villefranche-de-Lauragais, elle a 43 ans et elle est fonctionnaire territoriale : "_Il y a un roulement pendant les vacances_, cela faisait trois semaines que j'étais en congé, je n'ai pas assisté aux AG mais je suis restée informée grâce aux réseaux sociaux. Même si on n'est pas là, ça se passe bien, il y a des compte-rendus, c'est pour ça que ça ne s'arrête pas."

Une communauté née d'un mouvement

"Sur la cabane, j'ai mis un écriteau sur lequel on peut lire 'On n'est plus ici mais on est partout', raconte Philippe, gilet jaune à Villefranche-de-Lauragais depuis le 17 novembre 2018. Même si tout le monde pense que ça a été déserté, ce qui a été créé ne disparaîtra pas." Il ajoute : "On a créé un espace où chacun amène sa compétence, celui qui a des difficultés n'est pas un boulet, c'est celui qu'on va aider à se relever."