Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pascal Ausseur quitte la préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord

lundi 24 septembre 2018 à 17:10 Par Pierre Coquelin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure), France Bleu Nord et France Bleu Picardie

Après trois ans comme préfet maritime de la Manche et de la Mer du Nord, le vice-amiral d'escadre Pascal Ausseur rend sa casquette. Il part prendre la direction de la Fondation méditerranéenne d'études stratégiques à Toulon. Le contre-amiral Philippe Dutrieux prendra sa succession vendredi.

Le vice-amiral d'escadre Pascal Ausseur a passé trois ans à la tête de la préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord
Le vice-amiral d'escadre Pascal Ausseur a passé trois ans à la tête de la préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord © Radio France - Pierre Coquelin

Cherbourg, France

Vendredi, le vice-amiral d'escadre Pascal Ausseur va passer le relais au contre-amiral Philippe Dutrieux à la tête de la préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord. Après trois ans d'exercice à la préfecture maritime et 37 ans de services, il quitte la Marine et part prendre la direction de la Fondation méditerranéenne d'études stratégiques à Toulon. L'occasion pour lui de dresser le bilan de son action.

Deux accidents majeurs évités par mois

"Quand je suis arrivé à Cherbourg, j'avais dit que j'arrivais dans un secteur maritime stratégique : on est vraiment au cœur des problématiques mondiales. On ne le dit pas assez mais cette zone est une des plus fréquentées et les plus dangereuses du globe", souligne le vice-amiral d'escadre Pascal Ausseur. Avec 60 pétroliers est chimiquiers qui passent chaque jour en Manche et Mer du Nord, "on ne doit pas faire l'impasse car nous le paierons vite et cher : nous avons deux accidents majeurs évités par mois", constate le préfet maritime. 

Entre 2015 et 2018, le préfet maritime a coordonné près de 4500 opérations :

  • 3743 de secours en mer et d'assistance aux navires 
  • 169 détections de pollutions, dont 55 avérées
  • Près de 1200 collisions ont été évitées
  • 15 remorquages et 25 escortes ont été effectués
Pascal Ausseur a coordonné près de 4500 opérations en Manche et Mer du Nord - Radio France
Pascal Ausseur a coordonné près de 4500 opérations en Manche et Mer du Nord © Radio France - Pierre Coquelin

Des trafics d'êtres humains plus organisés

Pascal Ausseur a aussi du faire face aux vagues migratoires vers l'Angleterre et le Royaume-Uni. Un préfet maritime qui a observé une transformation des procédés : d'abord des tentatives anarchiques sur des zodiacs ou des bateaux de fortune, puis des réseaux plus organisés et structurés. "Depuis un an, on a procédé à onze opérations inter-administrations, terrestres et maritimes, franco-britanniques, qui ont permis de mettre la main sur une petite trentaine de passeurs", explique le vice-amiral d'escadre. Un phénomène qui pourrait s'accroître avec le Brexit. 

2400 km² de zones propices aux champs éoliens

Parmi les sujets que le préfet maritime a eu à traiter, il y a notamment l'accélération de l'éolien en mer. "On entre dans le concret", explique Pascal Ausseur. A la demande de l'ancien ministre de la transition écologique, Nicolas Hulot, il a réalisé une analyse du littoral de la Manche-Mer du nord avec la préfète de la région Normandie. L'objectif ? Déterminer les zones où pourraient être implantés des parcs éoliens à l'horizon 2030. Selon Pascal Ausseur, trois grands paramètres sont pris en compte : les pêcheurs, les riverains et la sécurité de la navigation (avec une zone d'environ 18km de sécurité pour éviter que les bateaux ne heurtent les éoliennes). Au total, 2400 km² de zones propices aux champs éoliens (l'équivalent de 6 à 8 parcs) ont été mis en avant : pour avoir un ordre d'idée, ça représente la superficie du Cotentin. Le rapport doit être rendu "dans les prochaines semaines" au nouveau ministre François de Rugy. Pour le moment, trois parcs ont officiellement été lancés : Courseulles-sur-Mer, Le Tréport et Dieppe.

Le préfet maritime dédicaçant une photo du remorquage du Britannica Hav en mars 2018 - Radio France
Le préfet maritime dédicaçant une photo du remorquage du Britannica Hav en mars 2018 © Radio France - Pierre Coquelin

Une base navale renforcée à Cherbourg

Le 14 juillet dernier, le préfet maritime a annoncé la création de 250 postes est prévue sur la période 2016-2021, dont 80% à Cherbourg. Ainsi, les écoles militaires de Querqueville voient leurs effectifs augmenter de 10% depuis trois ans. La compagnie de fusiliers marins a gagné environ 50 postes depuis deux ans.  Et l'effort va se poursuivre jusqu'en 2021 sur l'ensemble de la façade Manche-Mer du Nord.  Une augmentation qui s'explique aussi par le doublement des équipages sur les trois patrouilleurs basés à Cherbourg, et l'arrivée d'un nouveau bâtiment de surveillance et d'assistance à la dépollution l'été prochain.  

D'autre part, la base navale de Cherbourg va moderniser ses infrastructures.  ça représente 180 millions d'euros investis, avec la création ou la rénovation de bâtiments, dont un hangar pour l'hélicoptère Caïman à Maupertus, et de meilleurs conditions d'entraînement, avec un nouveau parcours du combattant à Querqueville.