Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Une heure en France

PATRIMOINE - Le Viaduc de Garabit : le "Grand frère" de la Tour Eiffel

-
Par , France Bleu

Classé Monument historique depuis l’an dernier, le viaduc ferroviaire de Garabit, situé sur la commune de Saint-Flour, dans le Cantal, a été construit par Gustave Eiffel, 5 ans avant sa célèbre tour parisienne.

-

Durant une semaine, du 13 au 19 mai, la SNCF dévoile ses coulisses.  

Partout en France, sur près de 150 sites, cette opération ouverte au grand public propose de visiter des cabines de conduite, des ateliers, des chantiers, des centres d’aiguillage, des tours de contrôle ou des laboratoires de recherche.   

Pour commencer, Vive le train met à l'honneur le viaduc de Garabit.  

Le Viaduc de Garabit 

Classé Monument historique depuis l’an dernier, le viaduc ferroviaire de Garabit, situé sur la commune de Saint-Flour, dans le Cantal, a été construit par Gustave Eiffel, 5 ans avant sa célèbre tour parisienne.  

564 mètres de long, 122 mètres de haut, 3.200 tonnes de fer, d’acier, de fonte et de plomb, 400 ouvriers et 4 années d’un chantier titanesque dans des conditions météo souvent difficiles… Le Viaduc de Garabit impressionne tout autant par ces chiffres que par sa beauté intemporelle qui a su braver le temps depuis 130 ans.  

  - Aucun(e)
-

Véritable dentelle de fer, le Viaduc de Garabit est le fruit de la collaboration de Gustave Eiffel et de l’ingénieur Léon Boyer. La construction de cet ouvrage d’art répondait en 1878 à la mise en service d’une ligne ferroviaire entre Béziers et Paris. Une aubaine pour les vignerons du Sud-Est, qui voyaient dans ce projet la possibilité d’acheminer leur production vers la capitale.  

Encore fallait-il trouver une solution technique pour franchir les 30 km particulièrement périlleux entre Marjevols et Neussargues, avec un passage obligé au-dessus des gorges de la Truyère. C’est en s’intéressant de près au dernier ouvrage d’Eiffel au Portugal que Léon Boyer, jeune ingénieur des Pont et Chaussées, devait trouver la solution. L’architecture du pont Maria Pia sur le Douro répondait assurément aux caractéristiques de Garabit.   

Le viaduc de Garabit n’est autre que le « grand frère » de notre célèbre Tour Eiffel, inaugurée en 1889, qui fête cette année ses 130 printemps. De 1996 à 1999, les deux ouvrages d’art ont d’ailleurs figuré longtemps en filigrane recto-verso sur un billet de banque de 200 francs à l’effigie de Gustave Eiffel. Et ce, jusqu’à l’arrivée de l’euro. 

Pour fêter les 130 ans de la mise en service de la ligne Paris-Béziers pour laquelle le viaduc a été construit, un grand nombre de visiteurs s’étaient déjà donné rendez-vous sur le site, le 30 septembre 2017, pour une sympathique journée champêtre.

► Patricia Rochès, historienne du viaduc était l'invité de l'émission Une heure en France, le lundi 13 mai

► Aller + loin : le site internet de l'opération  « Vive le train »