Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

Patrons en difficulté : la CPME du nord Franche-Comté envoie les casques bleus

jeudi 11 janvier 2018 à 18:42 Par Nicolas Wilhelm, France Bleu Belfort-Montbéliard

Chaque année en France, un chef d'entreprise se suicide tous les deux jours. C'est pour éviter ces drames et prévenir les risques que la CPME, Confédération des Petites et Moyennes Entreprises du Nord Franche-Comté, vient de lancer le dispositif "casques bleus »

Bernard Hennequin et Cédric Voiland, vice-présidents de la CPME du nord Franche-Comté sont très impliqués dans le dispositif casques bleus.
Bernard Hennequin et Cédric Voiland, vice-présidents de la CPME du nord Franche-Comté sont très impliqués dans le dispositif casques bleus. © Radio France - Nicolas Wilhelm

Franche-Comté, France

180 chefs d’entreprises se sont donnés la mort l’an dernier en France. C’est pour éviter ces drames que la CPME du nord Franche-Comté, Confédération des Petites et Moyennes Entreprises, a décidé de venir à la rescousse des patrons en difficulté. Comme les casques bleus, l'objectif du dispositif qui vient d'être lancé est d'intervenir au plus vite auprès des chefs d'entreprises en difficulté. Leur santé et leur vie peuvent être en danger. Ils peuvent être confrontés à tous un tas de difficultés : problèmes de trésorerie, d'impayés, gestions humaines, problèmes personnels et/ou de santé. " Certains patrons peuvent aussi être confrontés à des baisses de commandes et sont contraints de se séparer de personnels à cause de cette baisse d'activité. C'est un crève cœur pour eux car ils les ont  parfois formé » explique Cédric Voiland, vice-président de la CPME en charge de l'artisanat.

C'est toutes ces accumulations de choses qui fragilisent un patron et qui peuvent lui faire commettre l'irréparable : le suicide. « C’est l’acte ultime. Sur l’année 2017, c’est environ un chef d’entreprise qui passe à l’acte tous les deux jours. C’est dramatique. On n’en parle jamais dans aucun média» ajoute Cédric Voiland.

Des comptables, banquiers et notaires comme lanceurs d’alerte

Pour aider un chef d'entreprise qui va mal, il faut déjà le connaître. C'est très rare en effet qu'un patron fasse lui-même la démarche. Pour détecter les situations de crise, les « casques bleus » s'appuient sur un réseau de lanceurs d'alerte comme des comptables, banquiers, notaires. « C’est un réseau de sentinelles. Ces professionnels sont en contact au quotidien avec des patrons fragiles et qui peuvent donc nous alerter » indique Bernard Hennequin en charge du secteur commerce à la CPME. et impliqué dans le dispositif. Il dirige aussi une entreprise de vente de matériel médical à Belfort.

Sur le modèle de la fédération BTP du Pas de Calais

Un numéro de téléphone a été mis en place pour servir d'alerte : le 07.62.68.19.77 . Il est à disposition des chefs d'entreprises tout comme le site internet dédié à cette opération. La CPME du nord Franche-Comté s'est inspirée de la fédération du BTP du Pas de Calais qui avait réalisé la même expérience en 2012. A l'époque, 500 des 2 500 entreprises adhérentes avaient participé à l'opération. En complément de l'action des casques bleus, une cellule d'accompagnement psychologique est également en place pour les patrons en très grande fragilité.