Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pau : Alain Finkielkraut face au féminisme

-
Par , France Bleu Béarn, France Bleu

Alain Finkielkraut était l'invité du festival "Les idées mènent le monde", à Pau ce samedi 23 novembre. L'association "Nous Toutes" avait demandé à ce qu'il soit exclu de l'événement suite à sa sortie polémique sur le viol le 13 novembre dernier. Elles ont manifesté et fait face au philosophe.

Alain Finkielkraut lors de sa conférence aux Idées mènent le monde, à Pau, samedi 23 novembre.
Alain Finkielkraut lors de sa conférence aux Idées mènent le monde, à Pau, samedi 23 novembre. © Maxppp - Quentin Top

Pau, France

Dans l'univers très policé de la rencontre littéraire et philosophique "Les idées mènent le monde" à Pau, la vingtaine de manifestantes de l'association "Nous Toutes 64 Béarn" n'est pas passée inaperçue. Les militantes contre les violences sexistes et sexuelles avaient demandé à ce qu'Alain Finkielkraut soit désinvité suite à ses propos sur le viol lors d'une émission sur LCI le 13 novembre dernier.

Elles sont venues protester directement face à lui lors de sa séance de dédicace, suite à sa conférence ce samedi. Un face-à-face qui a eu lieu dans le calme, même si quelques défenseurs du philosophe ont voulu sortir les manifestantes. Lui a répondu en écrivant sur un tract d'une militante. "L’ironie, vous savez ce que c’est ? Si je n’avais pas si puissamment aimé ma femme, je n’aurai pas fait cette plaisanterie."

La réponse d'Alain Finkielkraut sur le tract d'une manifestante. - Maxppp
La réponse d'Alain Finkielkraut sur le tract d'une manifestante. © Maxppp - Quentin Top

Un argument que n'accepte pas Célia, une des co-fondatrice du mouvement "Nous Toutes 64 Béarn". "_Il y a 93.000 femmes qui sont violées chaque année en France, je ne suis pas sûre que ces femmes-là elles en rigolent beaucoup de dire comme ça sur le ton de la plaisanterie 'moi je viole ma femme tous les soirs'._

Célia, une co-fondatrice du mouvement "Nous Toutes 64 Béarn".

Alain Finkielkraut a accepté de répondre à France Bleu Béarn sur ces reproches. "Il ne s'agit pas de plaisanter avec ces choses-là, assure le philosophe. Il s'agit de réagir à ceux qui vous traitent d'apologiste du viol, alors que vous êtes sur ce terrain-là irréprochable."

Pour Célia, "les gens qui le défende sont dans cette société où l'on a complètement ancré en nous le fait que la femme on en fait ce qu'on veut, et si on veut la violer, parce que c'est notre femme on la viole. C'est vraiment une culture du viol qui est omniprésente dans la société." Un concept de "culture du viol" que réfute totalement Alain Finkielkraut

Pour Alain Finkielkraut, la culture du viol est une "fiction imbécile"

Une polémique qui résulte d'une manipulation selon lui_. "Je ne vois pas en quoi le fait de dire "oui bien sûr je viole ma femme" ça participe à la culture du viol. N'importe qui dans son bon sens sait que je ne suis pas un violeur. Sauf si bien sûr on extrait ce passage de son contexte et on le livre texto aux réseaux sociaux. Donc des gens qui ne me connaissent pas et qui entendent un type dire "Violez ! Violez !" alors ils se disent 'bah oui ce type il veut que tout le monde viole'"_.

Des accusations qui n'ont "aucun sens" selon Alain Finkielkraut.

L'association "Nous Toutes 64 Béarn" organisait la deuxième marche contre les violences sexistes et sexuelles dans les rues de Pau ce même samedi après-midi. Les 400 manifestants ont marqué une étape devant le Palais Beaumont, où se déroule le festival, pour affirmer une nouvelle fois le désaccord avec les propos d'Alain Finkielkraut et le maintien de son invitation. Le philosophe qui était encore sur place a pu les voir depuis la fenêtre. Il serait bien sorti à la rencontre des manifestants, il en a été dissuadé par les organisateurs de l'événement et ses proches.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu