Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pau : elle ne se sent ni homme ni femme, elle se bat pour changer son prénom

lundi 2 juillet 2018 à 6:09 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn et France Bleu

Data a été prénommée Barbara par ses parents. À 21 ans, elle se sent ni homme ni femme. Elle a demandé à l'état civil de la mairie de Pau de changer Barbara par Data.

Data Landais dans son appartement à Pau
Data Landais dans son appartement à Pau © Radio France - Daniel Corsand

Pau, France

Une jeune paloise éprouve des difficultés dans sa démarche pour changer de prénom. Data a 21 ans. Elle est étudiante en médecine. La nouvelle loi, votée en 2016 et applicable depuis 2017, facilite cette démarche. C'est l'expression concrète du fait que la France ne considère plus, depuis 2010, que la volonté de changer de sexe est une pathologie psychiatrique. Mais la procédure de cette jeune paloise se heurte à la difficulté de faire appliquer cette loi, entrée en service au mois de janvier. Les services de l'état civil de Pau lui ont demandé de fournir un certificat de santé mentale.  

Le mail de l'état civil de Pau reçu par Data - Radio France
Le mail de l'état civil de Pau reçu par Data © Radio France - Daniel Corsand

Data, c'est un personnage de la série Star Trek ; un androïde ni homme ni femme. Tout le monde l'appelle comme ça depuis plus de trois ans raconte-t-elle. Elle ne veut plus s'appeler Barbara. Elle revendique sa neutralité sexuelle : ni femme, ni homme.  Elle a constitué son dossier en novembre dernier. Avec son extrait de naissance, une lettre de motivation, et des attestations de ses proches. En décembre on lui a dit que son dossier était complet. Elle a attendu et au bout de six mois, elle a pris des nouvelles de sa demande. Au téléphone, on lui a alors demandé de fournir un certificat de son médecin de traitant ou d'un psychiatre pour vérifier sa santé mentale. C'est cette exigence qui n'est précisément plus dans la loi.

Du coté de la mairie, on affirme que le service de l'état civil n'a rien contre la demande de Data. Qu'il s'agit d'un conseil, et non d'une obligation. La mairie reconnait que le mail est maladroit. Un rendez vous devrait lui être proposé très prochainement.