Société

Pau : les habitants de la tour Isabe ne veulent pas partir

Par Margaux Stive, France Bleu Béarn et France Bleu dimanche 23 octobre 2016 à 18:34

Les habitants d'Isabe ont suspendu des banderoles aux balcons de la tour ce week-end
Les habitants d'Isabe ont suspendu des banderoles aux balcons de la tour ce week-end - Collectif Isabe Debout

Les habitants de la tour Isabe, dans le quartier Saragosse à Pau refusent que leur immeuble soit rasé. C'est ce que prévoit un projet de rénovation du quartier.

Ce samedi devant la tour Isabe dans le quartier Saragosse, une dizaine d'habitants faisaient un atelier banderole. À l'encre rouge et noire, on peut lire "Non à la démolition", "Isabe doit rester debout". Ils refusent le projet de démolition de l'immeuble prévu dans le cadre d'un plan de rénovation urbaine du quartier.

Une lettre de François Bayrou

C'est par un courrier dans leurs boîtes aux lettres que les habitants d'Isabe ont appris la nouvelle fin septembre. Leur tour pourrait être rasée, pour laisser place à un parc. Tous seraient relogés mais pour les locataires, qui pour certains sont là depuis plus de 40 ans, la nouvelle ne passe pas. C'est le cas de Renée, elle habite au 14e étage avec sa fille handicapée et son mari. Elle se sent complètement ignorée par le maire de Pau, qui depuis son fameux courrier, n'a plus donné signe de vie aux habitants d'Isabe.

On veut nous raser. Moi c'est comme si je meurs, j'en ai chialé. —- Renée, locataire de la tour Isabe

Pour Renée, François Bayrou tourne le dos aux habitants d'Isabe.

Un projet mené par l'Etat

Ce projet de démolition se fait dans le cadre d'un projet de rénovation urbaine mené par l'Etat, via l'ANRU, l'agence nationale pour la rénovation urbaine. Les municipalités présentent des plans de rénovation qui sont ensuite étudiés au niveau national. Pour le moment le dossier du quartier Saragosse n'en est pas à ce stade là. Et pour la députée socialiste Martine Lignières-Cassou, la ville de Pau se cache derrière l'ANRU pour justifier une démolition qui "n'a pas de sens". Elle a envoyé une lettre à l'ANRU pour tirer tout cela au clair.

J'entends les élus palois dire : c'est l'ANRU qui nous oblige à raser Isabe. Je suis convaincue que ce n'est pas le cas. Ils voient bien qu'ils ont fait une boulette alors ils cherchent à faire porter le chapeau à l'Etat. — la députée Martine Lignières-Cassou

Pour Martine Lignères-Cassou, ce projet de démolition n'a aucun sens

Josy Poueyto qui est en charge du dossier à la mairie assure que des agents de l'office HLM ont été voir les habitants un par un et que 68% d'entre eux sont d'accord pour déménager.

Les habitants ont monté un collectif, Isabe Debout, et lancé une pétition sur internet. Pour le moment il y a 208 signataires. Sur 112 logements, 80 ont signé.

Partager sur :