Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pauvreté en Sarthe : 422 euros pour survivre

-
Par , France Bleu Maine

Le Secours Catholique rend ce jeudi son rapport sur la pauvreté en France. Le constat est alarmant. En Sarthe, le revenu moyen des personnes aidées par l'association est de 422 euros par mois. C'est peu. Une somme qui a baissé de 10 % en 5 ans.

"Les pauvres sont de plus en plus pauvres", c'est le constat amer dressé par Didier Hanotaux, le président du Secours Catholique de la Sarthe. En 5 ans, le revenu moyen des Sarthoises et des Sarthois aidés par l'association caritative a baissé de 10 %. Il était de 468 euros en 2013, il est de 422 euros en 2018. " On parle de survie à ce niveau là. 422 euros par mois (contre 535 euros au niveau national) avec des impayés qui augmentent de 10%". A cause notamment, de la hausse des prix de l'énergie et de l'habitat. En cinq ans, le nombre de demandes d'aide pour régler son loyer ou sa facture d'électricité a doublé. 

Des mamans seules, des migrants et des retraités 

6350 Sarthoises et Sarthois sont aidés par l'antenne départementale de l'association humanitaire " Les profils sont divers mais une personne sur deux qui pousse la porte du Secours Catholique, est une  femme. Et très souvent une maman solo, qui a la charge d'une famille et qui n'arrive pas à faire face" explique Didier Hanotaux. Autre catégorie qui souffre : celle des retraités. "On a constaté que le nombre de retraités ou de préretraités aidés, a doublé depuis 2013". En ville mais aussi à la campagne. "Des retraités agricoles qui ont travaillé toute leur vie mais qui, à cause des faibles retraites, n'arrivent plus à joindre les deux bouts. La ruralité n'épargne pas de la pauvreté". Avoir fait des études non plus.  D'après l'association, 60% des personnes accompagnées ont fait des études secondaires ou supérieures, une hausse de dix points en dix ans. Autre constat : de plus en plus d'étrangers sont contraints de solliciter l'aide du Secours catholique en raison du durcissement de la politique d'accueil en France. "Depuis le 5 novembre, l'ADA (l'allocation pour Demandeur d'Asile) s'est durcie. La carte de retrait est devenue uniquement une carte de paiement. Avec jusqu'à 25 paiements par mois après ils sont taxés à hauteur de cinquante centimes par paiement. Cela complique la vie et paupérise un peu plus cette population qui n'a aucun revenu". Comme 1/5 des bénéficiaires du Secours Catholique

Recherche permanente de bénévoles

25% des bénévoles du Secours Catholique de la Sarthe sont aussi des bénéficiaires - Aucun(e)
25% des bénévoles du Secours Catholique de la Sarthe sont aussi des bénéficiaires - Secours catholique

550 personnes oeuvrent pour le Secours Catholique de la Sarthe. "25% des bénévoles sont des gens en situation de précarité. Des bénéficiaires qui se prennent en charge eux-mêmes". Loin de l'image "d'assistés" véhiculée par certaines personnes soit par ignorance soit par calcul politique. Mais comme les autres associations, le Secours Catholique a besoin de sang neuf. " Et ce n'est pas facile car nous sommes dans l'accompagnement social et il faut être armé pour pouvoir aider". Si vous vous en sentez capable, vous pouvez contacter le Secours Catholique de la Sarthe au 02 43 16 05 50 ou par internet sarthe@secours-catholique.org 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu