Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pays Basque : la sculpture polémique commémorant le désarmement d'ETA a été inaugurée

lundi 9 avril 2018 à 6:36 Par Oihana Larzabal, France Bleu Pays Basque et France Bleu

C'est une sculpture en acier de huit mètres de haut représentant un arbre dont le tronc est une hache retournée. Pour le maire de Bayonne, c'est le symbole d'une page qui s'est tournée, pour quelques autres c'est une insulte.

200 à 300 personnes ont assisté à l'inauguration de la sculpture sur l'esplanade Roland Barthes à Bayonne
200 à 300 personnes ont assisté à l'inauguration de la sculpture sur l'esplanade Roland Barthes à Bayonne © Radio France - Oihana Larzabal

Bayonne, France

L'inauguration de la sculpture était le point d'orgue du forum organisé par les artisans de la paix et Bake Bidea, un an après le désarmement d'ETA, pour dresser le bilan et analyser les enjeux et perspectives. 

La question des prisonniers étaient au centre des débats samedi à Biarritz. Le désarmement d'ETA a permis d'ouvrir un espace de négociation avec le ministère de la justice. Neuf détenus ont ainsi été transférés au centre pénitentiaire de Mont de Marsan, d'autres se sont vu retirer le statut de DPS (détenu particulièrement signalé).

Vendredi, la table ronde portait sur la reconnaissance des victimes en présence de Carmen Galdeano, dont le père avait été assassiné par le GAL, et Jexux Mari Mujika, ami proche de Jose Mari Korta, tué par ETA.

Michel Berhocoirigoin tire un bilan positif de ce forum

Arbolaren egia

L'oeuvre intitulée "Arbolaren egia" (la vérité de l'arbre) est une sculpture en acier de huit mètres de haut réalisée par Koldobika Jauregi. Elle représente un arbre dont le tronc est une hache retournée vers le sol.

Lors de l'inauguration, l'auteur a tenu à rappeler le sens de son oeuvre : "bien sûr qu'il y a une référence à ETA (...) Il y a un proverbe qui dit que l'arbre est généreux. Il donne le bois de ses branches pour en faire la hache qui le coupera. Ici, il y a la hache, symbole de ce que l'on a vécu mais inversée. Elle ne peut plus se retourner contre l'arbre".

"C'est le symbole de ce que l'on a vécu" — Koldobika Jauregi, sculpteur

De nombreux élus de tous bords sont venus apporter leur soutien - Radio France
De nombreux élus de tous bords sont venus apporter leur soutien © Radio France - Oihana Larzabal

L'installation de la sculpture avait déjà suscité des débats lors du dernier conseil municipal de Bayonne jeudi dernier. Une oeuvre fustigée en Espagne aussi par les associations des victimes du terrorisme. Mais lors de l'inauguration ce dimanche 8 avril, un an jour pour jour après le désarmement d'ETA, ils n'étaient que 4 à manifester leur opposition. 

Quatre manifestants ont montré leur opposition - Radio France
Quatre manifestants ont montré leur opposition © Radio France - Oihana Larzabal

Le symbole de l'ETA au milieu de Bayonne, c'est une insulte terrifiante pour les victimes — Maurice Goldring, citoyen biarrot

"Cette oeuvre ici, près de l'université, me semble un excellent symbole de paix et de réconciliation" — Kotte Ecenarro, maire d'Hendaye

"Aujourd'hui, nous pensons à toutes ces personnes qui ont souffert" a déclaré le pasteur méthodiste irlandais Harold Good. Connu pour son rôle de pacificateur dans le cadre du processus de paix en Irlande du Nord, il avait participé au désarmement d'ETA l'an dernier.

Le pasteur irlandais Harold Good a pris la parole lors de l'inauguration de la sculpture - Radio France
Le pasteur irlandais Harold Good a pris la parole lors de l'inauguration de la sculpture © Radio France - Oihana Larzabal

"Vos enfants viendrons jouer ici et vous demanderons : 'que veut dire cette sculpture ?' Racontez leur votre histoire" — Harold Good