Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mesures covid au Pays basque : "Ça aurait pu être pire, ils auraient pu tout fermer à 21h"

Le préfet des Pyrénées Atlantiques a dévoilé ce mardi matin une nouvelle série de mesures pour lutter contre la propagation du Coronavirus dans le département. Les bars et restaurants devront notamment fermer plus tôt.

Les bars autours des Halles à Biarritz font le plein pendant les vacances alors que le préfet annonce un durcissement des règles à partir du 22 octobre.
Les bars autours des Halles à Biarritz font le plein pendant les vacances alors que le préfet annonce un durcissement des règles à partir du 22 octobre. © Radio France - Solène de Larquier

Après une première alerte samedi dernier, le préfet passe donc à l'offensive. Eric Spitz a annoncé ce mardi matin une série de mesures pour lutter contre la propagation de la Covid-19 dans le département. Les voyants sont au rouge dans les Pyrénées-Atlantiques : ce mardi en fin d'après midi, le taux d'incidence était de 224,2 cas pour 100 000 habitants, un record pour notre département. 

Fermeture des bars à 22h

Les mesures annoncées par le préfet seront mises en place à partir de ce jeudi pour une durée de 15 jours dans un premier temps. La plus marquante concerne les bars. Ils devront désormais fermer à partir de 22h tous les soirs. Exception faite pour les bars qui proposent à manger. Le préfet qui précise que seuls les bars qui ont une carte "digne d'un restaurant" comme une carte détaillée de tapas ou des burgers pourront rester ouvert après 22h. 

Je pense qu'il y a plus de risques que des clusters se développent lors de regroupements privés chez des gens que lorsqu'ils sont encadrés dans des établissements de nuit - Manu Pelaez, co-gérant du Prohibido

Ce qui laisse pas mal de gérants perplexes, comme au Prohibido qui propose une ardoise de cassolettes. "Je me considère comme un bar qui fait à manger puisque les clients viennent se restaurer, mais c'est un point à clarifier" avance Manu Pelaez. Le co-gérant de ce bar d'ambiance estime les bars "encore une fois stigmatisés", ce qui n'empêchera pas, selon lui, la fête de continuer : "Je pense qu'il y a plus de risques que des clusters se développent lors de regroupements privés chez des gens que lorsqu'ils sont encadrés dans des établissements de nuit" affirme-t-il. Aujourd'hui, la moitié des employés du Prohibido sont au chômage partiel, le couple de gérants met en avant les charges qui continuent de tomber chaque mois, sans compter les 300 000 euros qu'ils ont emprunté en novembre pour l'ouverture du bar biarrot. 

Le personnel du bar-restaurant Belloteka à Biarritz prépare le service, alors que le préfet durcit les restrictions sanitaires.
Le personnel du bar-restaurant Belloteka à Biarritz prépare le service, alors que le préfet durcit les restrictions sanitaires. © Radio France - Solène de Larquier

Fermeture des restaurants à 23h30

Sauf que voila, après un premier arrêté publié à la mi-journée, une nouvelle version a été mise en ligne, ajoutant une nouvelle mesure ce mardi après-midi. Outre les bars, ce sont finalement donc aussi les restaurants qui seront concernés par ces mesures, avec une fermeture à 23h30, et l'interdiction de servir de l'alcool après 22h sans nourriture. 

D'abord les bars, puis finalement ce sont aussi les restaurants, des revirements qui finissent par agacer Jean-Pierre Istre le président de l'union des métiers et des industries de l'hôtellerie du Pays basque. "Qu'il faille prendre des mesures, je crois que tout le monde l'a comprit, mais on a vraiment l'impression que les choses évoluent au gré de ce qu'il se passe" déplore le président de l'UMIH avant de s'interroger : "Pourquoi dans la journée les restaurants, faut-il les fermer à 23h30 ? C'est pas dramatique 23h30, ça permet de faire un service quasiment normal, mais qu'est ce qu'on va nous annoncer les jours prochains ?"

En apprenant qu'il devra fermer à 23h30, Eddy Martin, gérant du bar-restaurant Belloteka à Biarritz fait ses calculs. "On pouvait prendre la dernière commande à 23h30, la on devra faire la dernière à 22h45, donc on va perdre 45 minutes", mais il relativise. 

"Dans notre malheur ça aurait pu être pire, ils auraient pu tout fermer à 21h. On va se contenter de ça. Là, même si on fait 15 ou 20% de moins, au moins on pourra travailler."

Vestiaires de sport fermés

Parmi les autres mesures annoncées par le préfet, les vestiaires dans tous les établissements sportifs devront être fermés (sauf scolaires, et sportifs professionnels). 

Une décision qui impacte par exemple le club de l'US Nafarroa à Saint Jean Pied de Port, qui évolue en Fédérale 2. Les vestiaires avaient déjà été fermés cet été, sauf que cette fois, l'automne est arrivé au Pays basque. "On va essayer de trouver les solutions pour y remédier" prend notre le président du club Xabi Etcheverry. "Au niveau des entrainements, on l'a déjà fait, les joueurs venaient cet été en tenue, et repartait comme ça", explique-t-il avant de poursuivre. "On a eu la chance d'avoir un été clément, ça s'est bien passé, on va devoir le refaire avec des conditions moins clémentes".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess