Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pays Basque : naissance d'un "Airbnb" solidaire

lundi 10 septembre 2018 à 5:35 Par Jacques Pons, France Bleu Pays Basque

Naissance au Pays Basque d'un nouveau système de logement. Calqué sur le modèle Airbnb, "Help me up" s'adresse avant tout aux travailleurs "pauvres".

Les fondateurs de "Help me up" Sophie de Margerie et Grégoire Béguin-Billecocq à Biarritz
Les fondateurs de "Help me up" Sophie de Margerie et Grégoire Béguin-Billecocq à Biarritz © Radio France - Jacques Pons

Pays Basque, France

"C'est un projet innovant qui répond à une complémentarité de propositions sur notre zone." Ghislaine Haye est adjoint au maire de Biarritz en charge de la solidarité et de l'économie sociale. Pour elle, l'association "Help me up" (assistance en français) répond à un besoin. Car se loger ici durant quelques mois constitue une vraie galère. Désormais, il y aura bientôt "Help me Up", une solution autre que l’hôtel ou Airbnb.

"Help me up" démarre sur la côte basque

À Biarritz, durant une quinzaine de jours, les créateurs de "Help me up" préparent le démarrage d'un réseau d'accueil et d'hébergement destiné aux "travailleurs pauvres". La commune comme les villes voisines ne sont vraiment pas "faciles" pour toute personne recherchant un logement provisoire pour quelques mois. À Biarritz, on dénombre 9000 résidences secondaires et environ 3000 appartements Airbnb. Dans cette cité impériale, 1000 logements sont vides. Se loger est une gageure. 

Les deux concepteurs de "Help me up" recherchent donc des propriétaires accueillants de Biarritz, Anglet et Bayonne. Pour Ghislaine Haye : "Aujourd'hui on déplore que beaucoup de salariés, ceux que l'on appelle les travailleurs pauvres, sont pour certains dans leur voiture et ne peuvent bénéficier [d'un logement] pour des raisons assez simples : je suis en CDD, j'ai un emploi précaire d'intérim, je suis récemment au chômage, je n'ai pas de possibilités d'accéder au logement privé". Pour l'élue de Biarritz il faut passer par un autre système. La solution "Help me up "permettrait de se poser, de se reposer, peut-être d'avoir dans l'écoute de la personne qui les accueille des solutions à long terme, enfin c'est ce que j'espère".

Les créateurs de "Help me up" et l'élue biarrotte Ghislaine Haye - Radio France
Les créateurs de "Help me up" et l'élue biarrotte Ghislaine Haye © Radio France - Jacques Pons

Un Airbnb solidaire

En clair, l'association "Help me up" propose une chambre pour une somme modique. Le logement ou la chambre est loué au jour le jour par les propriétaires adhérents de "Help me up". Si l'accueilli paye une toute petite somme le propriétaire obtiendra, lui, une réduction fiscale. Exemple : une nuit à 30 euros sera en fait payée par l'accueilli 4 euros. Le propriétaire pourra, lui, déduire fiscalement 26 euros. Il suffit ensuite de multiplier par le nombre de nuits louées. 

Derrière cette idée, un jeune parisien de 29 ans, Grégoire Beguin-Billecocq. "Si vous êtes propriétaire et que vous décidez de vous investir pour "Help me up", d'abord, vous effectuez un geste solidaire, ensuite vous faites de belles rencontres et enfin vous bénéficiez d'une réduction fiscale au titre du service que vous rendez".

Le système "Help me up" par son initiateur Grégoire Beguin-Billecocq

Le logo de Help me up. - Aucun(e)
Le logo de Help me up. - Help me up

Avant de se lancer dans ce projet, le jeune homme qui travaille dans le conseil financier s'est rendu plusieurs fois à Bercy. Il a ainsi réussi à obtenir l'autorisation de délivrer un reçu fiscal. Il est allé plus loin : "J'ai demandé à Bercy s'il était possible de réduire un service rendu, puisque c'est assez unique, c'est innovant. Aujourd'hui, avec une autre association si vous voulez réduire [fiscalement] il faut verser de l'argent. Là, vous rendez service et il se trouve que Bercy nous accorde cette possibilité".

"Help me up repose sur un cercle vertueux — Grégoire Beguin-Billecocq

L'initiateur du projet, Grégoire Beguin-Billecocq

La mécanique "Help me up" - Aucun(e)
La mécanique "Help me up" -

"Help me up" à la recherche de propriétaires

Aujourd'hui, l'association "Help me up" recherche des propriétaires intéressés par l'accueil durant quelques jours ou quelques semaines de travailleurs en déplacement. L'initiatrice du projet, Sophie de Margerie, étudiera un prix de nuit et la participation de l'accueilli. L'association peaufine en ce moment un site internet (il sera fin prêt en octobre). En attendant la mise en place d'une plateforme sur le net il suffit de contacter par mail : sophiedemargerie62@gmail.com