Société

Pays Basque : Orduña pleure le torero Ivàn Fandiño tué par un taureau à Aire-sur-l'Adour

Par Jacques Pons et Paul Nicolaï, France Bleu Gard Lozère, France Bleu Gascogne, France Bleu Hérault, France Bleu Pays Basque et France Bleu Roussillon mardi 20 juin 2017 à 0:27

L'un des hommages fleuris au torero devant les petites arènes d'Orduña
L'un des hommages fleuris au torero devant les petites arènes d'Orduña © Radio France - Paul Nicolaï

L'église Santa Maria de Orduña (province de Biscaye) était trop petite ce lundi pour les obsèques de Ivàn Fandiño. Le torero basque est mort samedi dans les arènes landaises d'Aire-sur-Adour.

Un événement dans cette commune Biscaïenne de 4000 habitants à la frontière de la Castille et Léon. Le village basque rendait hommage à l'un de ses enfants, Ivàn Fandiño. Le torero, 36 ans, est mort samedi 17 juin dans les arènes d'Aire-sur-Adour. Les habitants de Orduña étaient présents ainsi que le monde taurin, le "mundillo" de la tauromachie.

Pepin Liria et Javier Conde très entourés par la presse devant l'église Santa Maria de Orduña - Radio France
Pepin Liria et Javier Conde très entourés par la presse devant l'église Santa Maria de Orduña © Radio France - Paul Nicolaï

Toutes les "figuras", les toreros qui ont marqué plusieurs générations d'amateurs, étaient présentes lundi en fin d'après-midi malgré une chaleur étouffante. El Juli, Ortega Cano, José Tomas, Juan José Padilla, Espartaco, Enrique Ponce, Pepin Liria, Javier Conde, entre autres. Pas moins de 140 toreros se sont retrouvés dans cette zone montagneuse de Biscaye. Des vedettes mais aussi des anonymes venu rendre hommage à un Basque qui aimait le combat taurin. Tous se sont rassemblés quand les cloches de l’église santa Maria se sont mises à tinter. Ensuite un paso doble, l'un de ces airs qui évoquent une après-midi sur la planète toro.

Énorme émotion des "figuras" aux obsèques

El Juli, l'une des grandes figures de la tauromachie, n'arrive pas à trouver les mots pour exprimer ses sentiments. Ortega Cano, lui, parle de malchance et rend hommage au courage de Iban Fandiño. Pour Ortega Cano, les taureaux s'en prenaient souvent à Fandiño "parce que, lui, s'accrochait à eux". Pour Juan Jose Padilla, "nous avons tous, chacun, un souvenir de Iban", "un torero qui risquait, qui saisissait la vie". Et puis l'émotion intense de Thomas Dufau. Ce torero landais a tenu dans ses bras Fandiño en train de mourir alors qu'il est transporté dans l'ambulance vers l'hôpital de Mont-de-Marsan.

Le reportage de Paul Nicolaï

L'adieu de Orduña et de la planète toro à Iban Fandiño

Le torero José Tomas parmi le public - Radio France
Le torero José Tomas parmi le public © Radio France - Paul Nicolaï

Dans la foule, André Viard, ancien matador et "revistero" (journaliste taurin) estime que Iban Fandiño laissera une trace "importante" dans l'histoire de la tauromachie.

André Viard, ancien torero et écrivain taurin

Mercredi 21 juin, les peñas taurines d'Aire-sur-l'Adour et du Sud-Ouest rendront un hommage silencieux à Iban Fandiño. Ce sera à Aire sur Adour à partir de 16 heures dans les arènes Maurice-Lauche.