Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pays-Basque : piétonisation de la corniche à l'année, les promeneurs sont divisés

-
Par , France Bleu Pays Basque

La Fête de la corniche se déroulait ce dimanche, pour la 13ème année. L'occasion de profiter de la D912, entre Ciboure et Hendaye, sans aucune voiture. Alors que la corniche est menacée par l'érosion, une piétonisation pérenne fait débat chez les promeneurs.

La route de la corniche a été réservée aux piétons et aux cyclistes ce dimanche.
La route de la corniche a été réservée aux piétons et aux cyclistes ce dimanche. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Faut-il piétoniser à l'année la route de la corniche, entre Ciboure et Hendaye ? Un dimanche à la corniche se déroulait ce 22 septembre, pour la 13ème année. Les promeneurs et cyclistes ont pu profiter de la D912, sans aucune voiture : la voie étant réservée pour la journée aux cyclistes et aux piétons. 

A la place du bourdonnement incessant des voitures, le bruit de la mer et des pas qui résonnent sur le bitume. "C'est formidable, on est pas enquiquiner par le bruit, la pollution", témoigne Jean-Pierre et Patricia, venus profiter d'un après-midi en bord de mer._"Vous avez toutes les odeurs des plantes. Ça en voiture, on ne l'a jamais."  _De quoi donner envie à certains de voir cette route rendue aux piétons toute l'année, surtout que la corniche souffre de l'érosion : 20 cm en moyenne par an. 

Quel report de circulation en cas de piétonisation ? 

"Quand les voitures passent, ça fait des vibrations, je suis sûre que c'est mauvais", estime Adèle, habitant d'Hendaye. "On est dans un domaine qui est très fragile. C'est vivant et fragile, il faut le respecter, il y a trop de voitures." Un constat que partage Benoit, sur son vélo. "S'il y avait les voitures aujourd'hui, on ferait quoi ? Il y aurait combien de personnes sur cette route ? Personne." 

Benoît plaide pour un report de la circulation sur la route intérieure. C'est justement ce qui coince, pour Jean-Paul. "Ça risque d'être très compliqué de couper la route, car il n'y a pas vraiment d'autres voies. Juste la nationale 10, qui est déjà bouchée. A la limite, faudrait y mettre des transports en commun. Que des transports en commun, pourquoi pas ?" Tous en tout cas s'entendent pour dire que la corniche pourrait être réservée plus souvent aux piétons. 

Une étude géotechnique lancée par le département 

Face aux risques d'érosion de la corniche, le président du conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques se montre prudent. "Il ne faut pas nourrir les inquiétudes. Oui, il y a un vrai questionnement. Mais il faut qu'on ait plus d'infos." estime Jean-Jacques Lasserre. Le département a d'ailleurs récemment lancé une étude géotechnique et un groupe de travail pour évaluer les différents points de fragilité de cette route

Choix de la station

À venir dansDanssecondess