Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pays de la Loire : la croissance démographique ralentit mais reste supérieure à la moyenne

jeudi 27 décembre 2018 à 12:59 Par Aurore Jarnoux, France Bleu Loire Océan, France Bleu Maine et France Bleu Mayenne

La région Pays de la Loire comptait, au 1er janvier 2016, 3.737.632 habitants. L'Insee publie ce jeudi les chiffres de la population dans toutes les communes de France. Si la Loire-Atlantique et la Vendée ont le vent en poupe, la Sarthe et la Mayenne connaissent une démographie plus stable.

La dynamique démographique des Pays de la Loire ralentit.
La dynamique démographique des Pays de la Loire ralentit. © Maxppp - BERTRAND BECHARD

Pays de la Loire, France

+ 0,7 % par an : la population continue d'augmenter dans les Pays de la Loire ! L'Insee publie ce jeudi les chiffres de la démographie en France. Notre région comptait, au 1er janvier 2016, 3.737.632 habitants. En termes de dynamisme démographique, les Pays de la Loire se classent au troisième rang des régions métropolitaines, derrière la Corse et l'Occitanie.

Au niveau national, au 1er janvier 2016, la France comptait 66.362.000 habitants et bénéficiait d'une croissance démographique de 0,4% par an en moyenne.

Des dynamiques démographiques départementales variées (population 2016 et évolution annuelle moyenne entre 2011 et 2016). - Aucun(e)
Des dynamiques démographiques départementales variées (population 2016 et évolution annuelle moyenne entre 2011 et 2016). - © INSEE

Entre 2011 et 2016, la région a gagné 27.304 habitants, l'équivalent de la ville de Saumur. Cette hausse repose sur un solde migratoire, la différence entre les arrivées et les départs, positif et l'excédent des naissances sur les décès (solde naturel). Un équilibre rare en France. Mais la croissance démographique ralentit : la région gagnait davantage d'habitants entre 2006 et 2011.

La Loire-Atlantique, département moteur

La Loire-Atlantique est la locomotive de la région, le seul département qui n'est pas concerné par le ralentissement de la croissance démographique. Sa population progresse de 1,3 % en moyenne par an

L'aire urbaine de Nantes gagne près de 67.000 habitants entre 2011 et 2016, ce qui représente quasiment la moitié de l'augmentation régionale. La population croît également à Sainte-Pazanne (+ 3,3% par an), à Bouaye (+ 4,9% par an) ou encore à Cheix-en-Retz et à Saint-Mars-du-Désert.

En revanche, certaines communes côtières, situées notamment au nord de la Loire-Atlantique, voient leur population diminuer : Le Pouliguen, La Baule-Escoublac ou encore Batz-sur-Mer. Au total, 25 communes perdent des habitants.

Ralentissement marqué en Vendée et dans le Maine-et-Loire

La Vendée gagne pour sa part 28.940 habitants entre 2011 et 2016, l'équivalent des villes de Challans et de Saint-Jean-de-Monts réunies. La croissance démographique repose essentiellement sur le solde migratoire. Les nouveaux arrivants se sont installés à Challans (+ 1.373 habitants), à Olonne-sur-Mer (+ 1.116 habitants) ou encore à Aizenay (+ 1.030). A Velluire et Beaufou, la croissance est même supérieure à 4,5%.

Mais le ralentissement démographique reste important en Vendée : la population augmente de 0,9% par an entre 2011 et 2016, alors que ce chiffre était de 1,4% entre 2006 et 2011. Les communes qui perdent le plus d'habitants sont Fontenay-le-Comte, La Châtaigneraie et L'Aiguillon-sur-Mer. Au total, 50 communes vendéennes perdent des habitants, il n'y en avait que 28 entre 2006 et 2011.

Contribution des soldes naturel et migratoire à l’évolution annuelle moyenne de la population entre 2011 et 2016 (en %). - Aucun(e)
Contribution des soldes naturel et migratoire à l’évolution annuelle moyenne de la population entre 2011 et 2016 (en %). - © INSEE

De son côté, le Maine-et-Loire gagne 20.753 habitants entre 2011 et 2016, grâce au solde naturel. En moyenne, sa population augmente de 0,5% par an, ce qui place le département à la 27e place au niveau national. Mais le dynamisme démographique ralentit légèrement. 

Angers gagne des habitants, tout comme Trélazé et Avrillé. A l'inverse, Sainte-Gemmes-Sur-Loire perd des habitants (- 358), tout comme dans l'est du département. Au total, 52 communes du Maine-et-Loire voient leur population baisser, elles n'étaient que 30 dans ce cas entre 2006 et 2011.

Dynamique légèrement positive dans la Sarthe

Au 1er janvier 2016, la Sarthe compte 567.561 habitants, soit une hausse annuelle de 0,1% en moyenne (contre 0,4 % entre 2006 et 2011). Et cette augmentation s'explique exclusivement par le solde naturel, le solde migratoire étant négatif, c'est-à-dire que les départs sont plus importants que les arrivées. Cela place la Sarthe au 66e rang au plan national.

La population du Mans est stable, la ville ne perd que 249 habitants entre 2011 et 2016. Et sur les 18 communes de l'agglomération, 12 gagnent des habitants

En revanche, l'est du département est boudé par les nouveaux arrivants. La Ferté-Bernard, par exemple, perd plus de 300 habitants. Même chose au Lude (- 232 habitants) ou à Roézé-sur-Sarthe (- 213 habitants). 

La population stable en Mayenne

Entre 2011 et 2016, la Mayenne ne gagne que 657 habitants, soit une progression nulle par an. Le nombre de départs est tout juste comblé par le nombre de naissances. Le département se situe à la 69e place au niveau national

En Mayenne, le nombre de communes qui gagnent des habitants est équivalent au nombre de communes qui en perdent. Entre 2006 et 2011, 70 % d'entre elles voyaient leur population augmenter.

Château-Gontier gagne des habitants, même si la croissance ralentit. Quatre communes voient leur population augmenter de 3% en moyenne : La Pellerine, La Baconnière, Brains-sur-les-Marches et Saint-Germain-d'Anxure. La ville de Mayenne perd moins d'habitants qu'il y a cinq ans. 

En revanche, Laval voit sa population diminuer de plus en plus (- 1.351 de 2011 à 2016 contre -390 de 2006 à 2011). Tout comme plusieurs communes situées aux frontières du département : Gorron, Villaines-la-Juhel ou encore Lassay-les-Châteaux.

La population légale en France (Insee) - Visactu
La population légale en France (Insee) © Visactu - Visactu