Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société

Pédophilie dans l'Église : "j'ai pleuré devant le film de François Ozon", confie un prêtre isérois

jeudi 28 février 2019 à 10:52 Par Justine Dincher, France Bleu Isère et France Bleu

Après le sommet historique sur les abus sexuels dans l'Église, Loïc Lagadec, vicaire général du diocèse de Grenoble-Vienne (Isère), explique que "le ménage est en train d'être fait", même si "c'est très difficile de découvrir la vérité".

Loïc Lagadec est vicaire général du diocèse Grenoble-Vienne (Isère).
Loïc Lagadec est vicaire général du diocèse Grenoble-Vienne (Isère). - Loïc Lagadec

Grenoble, France

Le vicaire général de Grenoble-Vienne (Isère) a suivi attentivement, la semaine dernière, les quatre jours de sommet extraordinaire au Vatican au sujet des abus sexuels dans l'Église. "Je trouve que l'Église catholique a mis le temps, mais elle a décidé enfin, un peu tard, d'être résolument du côté des victimes", analyse Loïc Lagadec. 

"Cette rencontre à Rome a permis aux principaux responsables de l'Église (...) de réfléchir avec les victimes et avec des spécialistes. Ils ont beaucoup réfléchi, ils se sont remis en cause, ils se sont fait remonter les bretelles. On ne peut pas juste réfléchir entre prêtres à ces questions". 

Encore du travail à faire

Alors que de nombreuses victimes sont vent debout après les conclusions du pape jugées trop abstraites, Loïc Lagadec répond que "le pape a annoncé qu'il allait y avoir une loi générale pour l'Église". "Je comprends que l'on soit en attente d'une synthèse qui présente ce que l'on fait pour les victimes. Je pense que cela manque de savoir ce que l'on fait des prêtres criminels, ce que l'on fait en termes de prévention aussi", poursuit le vicaire général.

Pour l'instant, c'est un peu éparse"

"Le ménage est en train d'être fait et je constate que ce n'est pas fini", explique Loïc Lagadec qui fait référence à la récente condamnation pour viol sur mineur du cardinal australien George Pell, numéro 3 du Vatican. "C'est un moment très difficile pour nous de découvrir la vérité, cela fait mal mais c'est absolument nécessaire".

Un film qui "aide à assumer"

Loïc Lagadec a vu le film "Grâce à Dieu" de François Ozon, qui raconte le combat des victimes du père Preynat à Lyon. "C'est un très bon film", confie-t'il. Plusieurs recours avaient été déposés pour l'interdire, le vicaire général pense que ce film "aide l'Église à assumer et à corriger". 

"Moi, j'ai pleuré parce que j'ai des amis qui ont été abusés..."

"On pense à eux. (Ce film) raconte le calvaire. Jésus a dit dans l'évangile : 'la vérité vous rendra libre', on est en train de le vivre. Ça fait mal, ça pique, mais c'est absolument indispensable", analyse le prêtre. "On se dit qu'il y a des salauds parmi nous... Il y a des (...) personnes qui ne sont pas cohérentes entre ce qu'elles sont censées être et ce qu'elles montrent. L'incohérence de vie, c'est nul", conclut-il.